Interview de Davy Gallon : son KO contre Pearson, sa signature au Bellator et sa prépa’ en temps de confinement au programme

Au moment où nous bouclons cette interview, Davy Gallon (18-7-2 / Adrénaline Fight Team) est l’un des derniers combattants français de MMA à se préparer pour une échéance à court terme. Le 16 mai, le normand doit faire son premier combat dans la cage du Bellator. Une opportunité rêvée qui arrive dix ans après ses débuts professionnels. Alors confinement, salles fermées jusqu’à nouvel ordre, absence de sparring… Gallon n’en n’a cure, il continue à travailler pour être au top de sa forme si l’événement était maintenu. Nous avons donc souhaitez faire un point avec lui sur cette prépa’ pas comme les autres, mais aussi sur victoire spectaculaire de novembre dernier contre la légende Ross Pearson (20-17-0, 1/ Alliance MMA) et les coulisses de sa signature dans l’une des plus grandes organisations du monde.

  • MMA4Fight : Davy, pour commencer cette interview, question toute bête, comment vas-tu dans ce contexte si particulier ?

Davy Gallon : Tout d’abord, bonjour à tous. Comme tous les français, je suis enfermé à la maison. J’ai de la chance d’avoir un jardin et une zone où je peux m’entraîner. Certes je n’ai pas de partenaire d’entrainement, mais on arrive à gérer. Dans tous les cas je suis un guerrier, je fais donc tout ce qu’il faut pour être prêt et tout donner le jour du combat.

  • Avant de parler du présent, faisons un petit saut dans un passé récent. Le novembre dernier, tu infliges un des KO de l’année à la légende Ross Pearson. Comment as-tu vécu l’avant et (surtout) l’après combat ?

D.G. : Concernant le combat contre Ross Pearson, il y a une petite histoire. Je m’étais blessé, j’ai eu opération suite à une GFA-11_Victoire-Gallon-Machado_MMA4Fightfracture du pouce (un pouce qui était « en miette » suite à mon combat au GFA 11 contre Sydeny Machado) et le temps que je me remette, je ne trouvais pas de combat. Cela faisait d’ailleurs un moment que je n’avais pas combattu (NDLR : entre son combat contre Machado et son combat contre Pearson, huit mois se sont écoulés) et la mon coach (NDLR : Robin Daeder) me dit qu’on nous propose un combat contre Ross Pearson. Il me précise, en revanche que c’est un combat en short notice, qui a lieu dans trois semaines. Honnêtement, au début nous étions réticent, au vu de la durée potentielle de prépa’ et du palmarès de Ross Pearson. On a fait finalement le choix d’y aller en se disant que c’était gagnant-gagnant : soit je perdais et on aurait retenu que j’avais relevé le challenge, soit je gagnais et c’était une superbe perf’. La suite tu la connais, c’est le deuxième option qui s’est réalisée.

  • Après cette victoire, un grand nombre de médias MMA ont relayé ta perf’. Comment as-tu pris le fait que « seule » une performance de ce standing les pousse à s’intéresser à toi, alors que tu en es à près de 10 années de carrière et bientôt 30 combats pros ?

D.G. : Ecoute, c’est vrai que j’ai senti cet engouement qu’il y a maintenant pour le MMA, par rapport à une seule MTK-MMA_Gallon-kick-Pearson_MMA4Fightperformance, mon K.O contre Ross Pearson. Honnêtement, je ne vais pas dire que je trouve ça normal, mais ça ne m’étonne pas. On est dans un sport où le spectacle prime, un sport dans lequel il faut se rendre bankable et être visible. J’ai fait des combats contre quelques-uns des meilleurs européens de ma catégorie, j’ai gagné, mais aussi perdu, contre des mecs très, très solides, certes. Après, Ross Pearson c’est l’UFC et l’UFC c’est le top du top, la crème de la crème. Eh bien, logiquement, quand tu mets un des KO’s de l’année à une légende, ça fait parler. Après, c’est sûr, c’est un peu triste de se dire que j’ai dû attendre dix ans pour avoir cette visibilité et cette reconnaissance. Mais tu sais, pour moi, ces dix ans c’était pas forcément la quête de la célébrité, mais plutôt la passion du combat qui m’anime et me pousse à entrer dans la cage.

  • Quelques semaines après ce combat contre Pearson, tu annonçais ta signature avec le Bellator. Penses-tu que ce combat a été décisif aux yeux de l’organisation américaine ?

D.G. : Il semblerait que le Bellator avait la volonté de me faire rejoindre son roster, avant même le combat contre Pearson, mais apparemment, il y avait eu un bug entre les différentes partie (au Bellator). Mais bon, c’est finalement un mal pour un bien car grâce au K.O, je rentre au Bellator par la grande porte. Pour moi ça sonne vraiment comme l’aboutissement de quelque chose. L’aboutissement du travail accompli pendant ces dix années de carrière. C’est un vrai kiffe. Je dirais même que c’est un rêve qui se réalise.

  • Quel type de contrat as-tu signé avec le Bellator (one-shot, multi-combats ?). On imagine qu’avec la légalisation à venir du MMA en France, ton objectif est de faire ton premier combat « full MMA » sur le sol hexagonal au sein de cette prestigieuse organisation ?

Bellator-MMA-France_Gallon-Kongo-Bertaud_MMA4FightD.G. : Le contrat avec le Bellator, c’est un contrat multi-combats. Pour le moment il s’étend sur 18 mois, avec quatre combats à livrer durant cette période. Après ça pourra être plus, en fonction des résultats, du rythme auquel je combat et des négociations. Et oui forcément, j’aimerais qu’un de ces quatre combats (ou même à l’issue de cette période) se fasse sur la carte du Bellator Paris. Sur cet événement, j’aspire vraiment être en carte principale, ramener la victoire et donner du plaisir à tous nos compatriotes. Et puis, égoïstement me faire un vrai kiffe personnel !

  • Que sais-tu de Kane Mousah (12-3-0), l’homme que tu devrais affronter dans 18 jours ?

D.G. : On s’est forcément renseigné sur lui. De ce que mes coaches ont vu, c’est un combattant qui sait vraiment boxer, qui est explosif et qui aime beaucoup coller contre la cage, afin d’amener au sol. A partir de cette position il travaille sur son ground and pound, qui est très efficace.

  • Quand ce combat a été annoncé, nous n’étions pas encore en situation de confinement. Mais c’est finalement la majorité de la prépa’ que tu dois effectuer seul. Comment vous êtes-vous organisé avec Robin pour travailler, malgré l’éloignement forcé ?

D.G. : C’est vrai que nous n’étions pas encore confiné quand le combat a été annoncé. Depuis ça a bougé, donc c’est seul Venator-FC_Gallon-Daeder_MMA4Fightque je dois gérer cette préparation. Je reste pas mal sur le cardio « de base » pour conserver le niveau physique. J’évite de faire trop de musculation, puisqu’il y a une perte de poids nouvelle pour moi, dans la mesure où je descends en moins de 70 kilos. Avec Robin on a trouvé notre mode de fonctionnement et en ce sens les réseaux sociaux nous aident beaucoup. Je lui envoie des photos et des vidéos de ce que je fais et il me fait ses retours et ses propositions d’ajustements. On a toujours fonctionner ainsi, je lui dis tout, puisque Robin c’est mon coach, mais je le considère aussi comme un frère. Donc oui, je suis seul, mais avec la routine qu’on a mis en place, je suis sûr qu’on va réussir à réveiller la bête qui sommeille actuellement, au vu du confinement.

  • Tu pars du principe que ce combat contre Mousah va (peut) avoir lieu. As-tu commencé à regarder les modalités logistiques d’un déplacement à Londres le 16 mai prochain ? 

D.G. : Oui je pars de ce principe, dans la mesure où je n’ai pas reçu de communication officiel de la part du Bellator, faisant état d’une annulation de l’événement. Au niveau logistique, j’ai fait ma partie, en renouvelant mon passeport. Le reste, que ce soit pour les billets, l’hôtel, la date de départ, c’est le travail de l’organisation. Je reste donc concentré sur ma partie, l’entrainement et quand Robin aura des nouvelles du Bellator, on avancera plus spécifiquement sur les modalités logistiques.

  • Tu es encore « jeune » pour un combattant de MMA, tu as réalisé la plus belle perf’ de ta carrière après bientôt 10 années sur le circuit, tu viens d’entrer dans une des trois plus grosses organisations au monde et le MMA est enfin légalisé en France. A 31 ans, quels sont tes objectifs ?

D.G. : En signant dans une top organisation après avoir réalisé la plus belle performance de ma carrière, j’ai réalisé quelques-uns de mes rêves. Pour parvenir à ce bilan après dix ans, j’ai concédé pas mal de sacrifices. Maintenant, comme je te l’ai dit, je sais que j’ai quatre combats, pour faire une belle entrée au Bellator. Je veux vraiment marquer de mon empreinte mon passage dans l’organisation. Je veux gagner mes combats, avec un objectif en tête, faire mon entrée dans le top 10. Ensuite, finalement (et j’insiste sur ce mot), pourquoi pas combattre pour le titre.

  • Davy, merci pour le temps que tu nous as accordé. Comme le veut la tradition sur MMA4Fight, nous te laissons le mot de la fin.

D.G. : Merci à toi de m’avoir accordé du temps également. Continuez à me suivre sur les réseaux, pour vous tenir informé. Continuez de m’envoyer vos bonnes ondes et votre énergie. Quoi qu’il arrive, je vais tout faire pour faire le show dans la cage, représenter au mieux le MMA français et vous faire kiffer. Je serai prêt pour le combat, comptez sur moi !

#SeulAuMonde

Yassin Hammachi de MMA4Fight

Leave a Comment

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>