Retour sur les 10 performances françaises qui ont marqué 2019…

Comment vous proposer des contenus qui vous intéressent durant le confinement. Cette question, nous nous la sommes forcément posée. En tant que média sport, 70% de nos papiers sont des articles liés aux news du MMA français (annonce de combats, résultats, signature d’un combat dans une équipe…). Or quand l’actu’ nous prive… d’actu, la gymnastique devient tout autre. Hier, nous vous proposions un article prospectif sur les prospects français sur lesquels nous misons en 2020. Aujourd’hui, c’est un coup d’œil dans le rétro que nous vous invitons à donner. 2019 a été une année riche en succès pour le MMA. La plus grande a été celle de l’annonce de légalisation future du MMA sur le territoire hexagonal. Mais dans la cage, aussi, les athlètes tricolores se sont distingués. Jamais les arts martiaux mixtes français n’avaient autant brillé sur la scène internationale. Nous vous proposons de passer en revue les dix performances que nous avons jugé comme les plus notables de l’année 2019.

1/ Mansour Barnaoui (19-4-0 / Team Magnum) – Son KO (flying knee) sur Shamil Zavurov  & (surtout) sa victoire dans le combat $1M du Grand Prix Lightweight du Road FC

Evidemment, le Road FC n’est pas l’UFC. Evidemment A Sol Kwon n’a pas accompli ce que Cain Velasquez et Junior Dos Santos ont accompli durant leur carrière. Mais ces arguments ne suffisent pas à minorer la portée de qu’a réalisé Mansour au Road FC. Après avoir éliminé un à un les adversaires qui se trouvaient sur sa route dans le tournoi, ‘Tarzan’ a terminé de la plus belle des manière le travail, avec un flying knee (déjà anthologique) infligé à Shamil Zavurov (38-6-1 / Akhmat Fight Club). Sa victoire suivante contre A Sol Kwon pouvait apparaitre comme une évidence pour certains, mais en tenant la dragée haute à des homme tels qu’Eduard Folayang ou Shamil Zavurov, le coréen a prouvé qu’il n’était pas qu’un trash talker, crâneur. La suite a été du domaine du jamais vu médiatiquement pour un fighter français, puisqu’on a vu Barnaoui sur les plateaux de Cyril Hanouna, OKLM TV, Street Pause et en couverture de Men Fitness. Victoire dans la cage, énorme prize pool et présence médiatique hyper forte… L’Afro Samouraï ne pouvait que squatter la première place de notre Top 10 !

2/ Francis N’Gannou (14-3-0 / Xtrem Couture & MMA Factory) – Ses victoires contre Cain Velasquez et Junior Dos Santos, 17 février et 29 juin.

Pour le franco-camér’, 2020 a été l’année de la renaissance ! Pour endiguer la spirale négative qui avait commencé à se dessiner avec ses deux défaites contre Stipe Miocic et Derrick Lewis, N’Gannou s’était remis sur de bons rails avec sa victoire contre Curtis Blayes, en novembre 2018. Mais c’est en 2019 que Francis a enfoncé le clou et confirmé son retour au sommet de la chaine alimentaire. Décidés à tester la capacité de leur poids lourd à rebondir, Dana White  et Sean Shelby lui mettaient deux légendes sur sa route. Un défi relevé haut la main par Francis, qui se payait le luxe de faire tomber les deux ex champions de la caté’ heavyweight avant la limite.

3/ Ciryl Gane (6-0-0 / MMA Factory) – Troisième défense de titre heavyweight au TKO et 3 victoires (sur R. Pessoa, D. Mayes & T. Boser) pour démarrer à l’UFC.

Nous avons pris l’habitude de le souligner dans nos articles sur Ciryl Gane, le poids lourd de la MMA Factory est un homme pressé. Un homme pressé oui, mais qui fait tout de même les choses dans le bon ordre. 2019 a été une année chargée pour lui et il était difficile d’en isoler une partie. C’est donc l’ensemble de son « œuvre » et sa portée que nous voulions souligner en le classant dans notre Top 10. Cela a commencé en février avec sa deuxième défense de ceinture du TKO contre le brésilien Rogger Souza. Immédiatement après cette victoire, Stéphane Patry libérait son poids lourd qui s’envolait vers l’UFC. Une fois arrivée dans la Big League, le ‘Bon Gamin’ faisait des ravages, tout d’abord en abrégeant ses deux premiers combats contre Pessoa et Mayes, avant de livrer un récital contre Boser. Cela aurait pu s’arrêter à ce très beau bilan, mais Gane s’offrait une dernière gourmandise de fin d’année en intégrant le top 15 de la catégorie reine. La suite s’annonce déjà passionnante !

4/ Salahdine Parnasse (14-0-1 / Atch Academy) – Victoire sur Ivan Buchinger, au KSW 52, 7 décembre.

C’est peut-être le combat d’un fighter français qui nous a le plus impressionné en 2019. Avant qu’il ne croiser Ivan Buchinger (37-7-0) dans la cage, nous étions nombreux à souligner que Salahdine s’avançait vers le plus gros défi de sa jeune carrière. Avec ses douze années de carrière, sa quarantaine de combat et ses victoires contre Mansour Barnaoui, Magomedrasul Khasbulaev, Stevie Ray, Mairbek Taisumov, Buchinger faisait, en effet, figure de vrai test pour l’enfant prodigue de la Atch Academy. Mais puisque Parnasse n’en a visiblement que faire du pedigree de ses adversaire, il livrait en ce soir du 7 décembre une véritable masterclass. Who’s next…

5/ Taylor Lapilus (16-3-0 / MMA Factory) – Victoire sur Nathan Maness (11-1-0) dans le combat pour le titre featherweight du TKO (48), 24 mai.

Combien de temps l’UFC pourra encore ignorer sciemment la « nécessité » d’un retour de Taylor Lapilus dans ses rangs. TKO-49_Lapilus-Knee_MMA4FightEn 2019 Taylor a continué de tout (bien) faire pour y retourner. Outre sa victoire contre le prospect brésilien Marcos Breno (12-2-0) sur la carte de l’ARES 1, le cadet de la fratrie Lapilus s’est arrogé une nouvelle ceinture. Pas n’importe laquelle, puisqu’il est devenu le champion bantamweight de l’organisation canadienne TKO. Pour y parvenir, Taylor avait obtenu un superbe KO (sur un non moins superbe side kick au foie) contre l’invaincu américain, Nathan Maness. Une victoire contre un top 10 bantamweight US (classement Tapology, hors combattants UFC), trois ceintures obtenues (dont une nord-américaine) depuis sa sortie de l’UFC, il serait temps que Dana et ses équipes se réveillent…

6/ Abdoul Abdouraguimov (10-0-1, 1NC / Team Ross DeLaRiva & BTT) – Victoire sur Jarrah Hussein Al-Silawi Brave-27_Silawi-Abdouraguimov_MMA4Fight(13-3-0) dans le combat pour le titre welterweight du Brave CF (23), 19 avril.

Il aura fallu trois petites années à Abdoul Abdouraguimov pour devenir champion d’une des dix plus grandes organisations de MMA dans le monde. Dans le combat le plus serré de sa carrière, le franco-daghestanais s’imposait contre le champion sortant  Jarrah Hussein Al-Silawi. La suite fut malheureusement moins heureuse, puisque six mois plus tard Abdoul concédait la première défaite de sa carrière dans la revanche qui l’opposait au combattant jordanien. On espère que l’année 2020 permettra au nantais de clôturer cette trilogie par un nouveau succès et de récupérer « son » titre.

7/ Amin Ayoub (14-4-0 / UFT Nantes, Team Ross DeLaRiva & BTT) – Double champion des catégories UAE-Warriors-2_Ayoub-2ceintures_MMA4FightLightweight et Welterweight de l’UAE Warriors.

Quelle fut belle cette année 2019 pour Amin Ayoub. Non content de remporter les quatre combats qu’il livrait, pas rassasié de triompher dans trois d’entre eux avant la limite, le nantais s’offrait de surcroit le luxe de devenir champion de deux catégories de l’Abu Dhabi Warriors Fighting Championship. Il décrochait d’abord la timbale dans une division qui n’est pas la sienne, les welter, avant de doubler la mise en lightweight contre un Yousef Wehbe qu’il avait déjà battu en 2018.

8/ Davy Gallon (18-7-2 / Adréaline Fight Team) – Victoire sur Ross Pearson, au MTK MMA Probellum, 11 novembre.

Davy-Le-Normand-GallonSi vous suiviez le MMA (une quasi évidence dans la mesure où vous consultez actuellement un article de MMA4Fight), ce KO vous l’avez forcément vu et revu. Une certitude venue du fait que l’image du « rolling thunder » de Gallon a été vue à près de 700 000 reprises sur Youtube. Un geste technique rare, une inspiration de folie,  le tout contre un ex membre du top 10 de la division lightweight de l’UFC. Un geste qui a offert également un coup de projecteur bienvenu au normand, qui en a profité pour signer dans la foulée au Bellator !

9/ Samir Faiddine (11-6-0 / MMA Factory) – Victoire sur Sam Creasey (11-3-0) dans le combat pour le titre flyweight Cage-Warriors_Samir-Faiddine-cehampion_MMA4Fightdu Cage Warriors (106), 29 juin.

Devenir champion du Cage Warriors pour son premier combat pour l’organisation… Samir Faiddine est parvenu à réaliser l’exploit ! On doute du fait que les dirigeants de l’organisation numéro 1 au Royaume Uni avait prévu/ envie de voir le ‘silverback’ de la MMA Factory triompher sur l’anglais Sam Creasey. Mais puisque Faiddine est le genre d’athlète à déjouer les pronos, il s’est fait un plaisir de terminer rapidement le combat, sur un superbe KO. Son titre, il devait le défendre en ce mois de mars, contre un autre anglais, Luke Shanks, avant que l’épidémie de COVID 19 rende impossible ce fight. Il faudra donc patienter un peu, avant de voir le choc entre les deux hommes.

10/ Damien Rémy (2-0-0 / Fight Industrie & Atch Academy) – Victoire sur Quentin Domingos dans le combat pour le titre heavyweight de l’EBD (7), 12 octobre.

Mercredi, dans l’article consacré au prospects français, le nom de Damien Rémy apparaissait déjà. Il faut dire que ce qu’il avait réalisé en octobre dernier avait tout de l’authethique exploit. Après avoir saisi à la dernière minute l’opportunité de fight, contre Quentin Domingos, qui s’offrait à lui, Losco Rémy devenait champion heavyweight de l’European BeatDown. Fort !

#Top10

Yassin Hammachi de MMA4Fight

Leave a Comment

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>