Ares FC – Review & Fight vidéo : retour sur la première édition et maintenant place à la seconde !

A-t-on vraiment conscience, en France, de l’importance de l’histoire qui a commencé à s’écrire sur l’esplanade du Musée des Civilisations Noires de Dakar samedi 14 décembre dernier ? Ce soir-là, Fernand Lopez et Vivendi Sports, présentait au public (sénégalais sur place et international via les deals passés avec Canal Plus et UFC Fight Pass) le gala initia de l’histoire d’Ares, la première « organisation afro-européenne », selon l’expression désormais consacrée. Un événement qui pourrait tout changer pour la promotion dans le MMA français. Car si depuis maintenant plus de dix ans, Atch (100% Fight), Cédric Biamonti (PFC), Jean-François Billon (GFA), Clément Marcou (FMC), Anthony & Eric Romeas (Octogone), ont œuvré pour que le public français ait des rendez-vous réguliers avec le « MMA », jamais une promotion française n’avait affiché des ambitions internationales telles que celles de l’Ares et ce dès son premier événement. Si le public français n’en n’avait pas conscience, il pourrait se dire que la portée du show a largement dépassé nos frontières. Une des meilleures preuve de cette force de pénétration de l’Ares est sans aucun doute la discussion entre Fernand Lopez et Eric Albarracin, lors de la Fight week de l’UFC Busan. Le coach d’Henry Cejudo, de Kevin Gastelum et de Patricky ‘Pitbull’ Freire a été visiblement interloqué par la prestation du lutteur sénégalais ‘Reug Reug’ et le faisait savoir à son homologue français. Coo

Les français à la fête

Si l’on excepte Sofian Boukichou (6-4-0 / Boxing Squad & MMA Factory), tous les français de la carte se sont en effet Ares-FC-1_Reug-Punch-Boukichou_MMA4Fightimposé lors de la soirée. Pour son combat de retour, après sa grosse blessure à la jambe lors de son combat au CW 101 contre Tom Aspinall, le niçois faisait donc face à un immense défi. Il pouvait, en effet, sentir le souffle de tout un peuple, au moment de faire face à la star locale Oumar Kané, dit ‘Reug Reug’. Pour ses débuts en MMA, le lutteur n’aura pas seulement impressionné Albarracin, puisqu’il repartait avec les 10K offert à l’auteur de la ‘performance de la soirée’. Il faut dire que le bonhomme a offert de belles émotions à ses supporters (comme cet impressionnante sortie de kimura qui a fait le tour des réseaux sociaux). L’autre petite déception de la soirée est venue de l’annulation du combat Rizlen Zouak (3-1-0,1 / MMA Factory) Vs. Jamila Sandora (5-0-0,1 / Parana Vale Tudo). La ‘Lionne de l’Atlas’ et son adverse brésilienne n’ont pu s’affronter qu’une petite trentaine de secondes, en raison du taux d’humidité qui rendait le sol de la cage impraticable (l’événement se tenait à ciel ouvert).

Mais si l’on excepte les cas de Zouak et Boukichou, le MMA français était à la fête lors de l’Ares 1. Cela commençait avec le Ares-FC-1_Victoire-Damien-Lapilus_MMA4Fightjeune middlweight du Kongo Smashin Club, Djati Melan (7-0-0). C’est avec un statut d’invaincu que le jeune parisien montait dans la cage et c’est avec un palmarès toujours vierge de la moindre défaite qu’il en est ressorti. Après son succès en février dernier sur Robert Valentin, Melan s’est donc adjugé une seconde victoire en 2017. Mais contre l’égyptien Eslam Abdul Baset (9-2-0), rien ne fut simple, puisque c’est à la décision partagée des juges, que le français s’imposait. Venait ensuite l’heure des factoriens. Trois représentants de l’usine parisienne se produisaient dans la cage de l’Ares… Et tous repartait avec la victoire ! Cela commençait avec Damien Lapilus (17-12-2,2 / MMA Factory), qui effectuait son troisième combat de l’année, contre le vétéran de l’UFC Łukasz Sajewski (14-5-0 / Mighty Bulls Gdynia). Contre le polonais, l’ainé des Lapilus Borther chassait sa première victoire de l’exercice en cours. C’est donc finalement face à un adversaire de prestige, que Damien a obtenu une victoire avec la manière (un TKO). Son frère Taylor (16-3-0 / MMA Factory) aurait également pu obtenir une victoire par KO, contre le brésilien Marcos Breno (12-2-0/ Peso Pesado Team), tant son combo retrait, bras arrière, dans le premier round était distillé dans le bon timing. Taylor aura finalement dû attendre la décision des juges pour clôturer sa très belle année 2019.

Malgré ces deux belles victoires, la performance factorienne de la soirée est à mettre au crédit de Nassourdine Imavov (8-Ares-FC-1_Babene-triangle-Sparv_MMA4Fight2-0 / MMA Factory). Contre le vétéran de l’UFC, Jonathan Meunier (9-2-0 / Tristar Gym), le ‘Sniper russe’ de a Factory a confirmé qu’il vivait une grande année 2019 ! Déjà détenteur de trois victoires en 2019, Imavov s’est payé le luxe d’une victoire contre un adversaire dont la seule défaite avait été concédée contre le récent challenger de Kumaru Usman, Colby Covington. S’il continue sur ce rythme, on se dit que le frère de Dagir pourrait bientôt intéresser les plus grandes organisations… Enfin, le dernier français de la soirée à s’être imposé, n’était pas un élève de Fernand Lopez. Gregory Babene revenait aux affaires après tout juste deux années d’absence. Pour son retour, l’Ares n’avait pas choisi de lui faciliter la vie, loin de là ! Avec l’expérimenté Glenn Sparv (21-7-0 / Tiger Muay Thai & MMA) comme adversaire, Babene se savait face à un adversaire de dangereux. Si son absence et le fait combattre sur la terre de ses ancêtres ont forcément ajouté une dose de pression sur les épaules de ‘Blade’ avant son entrée dans la cage, cela ne s’est pas vu durant le combat ! Non content d’être dans le bon rythme, face à son adversaire finlandais, il s’est offert a soumission de la soirée, sur un superbe triangle. Une victoire qui rappelle que le (désormais) pensionnaire de la Atch Academy, reste l’un des meilleurs (si ce n’est « le ») middleweight français en activité. On espère le revoir très vite dans une cage…

Et maintenant la suite ?

Et si Grégory Babène revenait vite dans une cage, ce pourrait être celle de l’Ares FC. Car l’organisation a d’ores et déjà Ares-FC-2_Lebout-Baghdad-Poster_MMA4Fightannoncé des combats, pour la deuxième carte de son histoire, qui devrait se tenir à Paris le 21 mars prochain. La Première décision de Fernand Lopez et de son staff, pour ce second show, a été de reprogrammer le combat entre Rizlen Zouak et la brésilienne Jamila Sandora. Les deux femmes avaient exprimé leur frustration de ne pouvoir s’affronter, elles auront finalement l’occasion de le (re)faire. Un autre combat déjà annoncé concernera non pas un, mais deux français ! Si vous faites parti de la catégorie de personnes qui pensent que les meilleurs français ne s’affrontent pas assez… vous allez être servi avec l’Ares 2 ! L’organisation a, en effet, prévu sur sa carte un alléchant Mickael Lebout (19-10-3 / ObyFight) Vs. Mehdi Baghdad (11-6-0). Ce sont donc deux vétérans français de l’UFC, qui s’affronteront au poids intermédiaire de 73 kilos. Un autre combat a été annoncé, celui-ci ne concernera pas de français, mais il ne sera pas pour autant dénué d’intérêt ! L’Ares 2 opposera, en effet, le poids lourds Henrique (12-6-0 / Tata Fight Team), qui avait été le premier adversaire de Francis Ngannou pour ses débuts à l’UFC, au vétéran lituanien du Rizin, Teodoras Aukštuolis (11-5-0 / Pancrase Gym Sweden). Un début de programme (au moins) aussi alléchant que celui de la première édition…

#Ares

Yassin Hammachi de MMA4Fight

Leave a Comment

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>