Légalisation du MMA : la Ministre Maracineanu favorable… Et maintenant ?

Roxana Maracineanu. Avant sa prise de position en faveur de la légalisation du MMA sur le territoire français, elle était pour beaucoup de fans de MMA une énième Ministre des sports, pour certains une ancienne nageuse olympique, voire « personne », pour une autre partie de la « fan sphère MMA », puisque la dame n’est pas du genre à chercher coûte que coûte la lumière des spotlights. Mais depuis mardi, la ministre s’est transformé en Marianne du MMA français aux yeux de la communauté. Celle par qui la révolution devrait arriver, alors même qu’avec le temps la légalisation du MMA apparaissait comme une chimère. Un objectif prioritaire pour tous, mais finalement inatteignable. Lobbying régulier de la plus grande ligue au monde d’Art Martiaux Mixte au monde, l’UFC, création d’une comité National du MMA, organisation de galas de pancrace ou de Kempo sous l’égide de fédérations délégataires… Tout était fait depuis plus de dix ans dans les règles de l’art, mais à chaque nomination d’un nouveau ministre des sports, la situation semblait stagner, quand elle ne faisait pas dix pas en arrière. Comment ne pas oublier la célèbre sortie de Chantal Jouanno, qui avait comparé à l’époque « combats de chiens et de coqs en cage » et affrontements (réglementés) de MMA. Dans le langage populaire, beaucoup appelleraient ça aujourd’hui une Zemmour. Autrement dit, une allégation basée sur le néant, qui se transforme en vérité absolue dans la bouche de celui qui l’énonce. Petit big-up également aux  médias généralistes, qui à leur manière avaient ont eux aussi bien aidé à construire une image bien tronquée de notre sport. La fameuse « enquête » du plus consciencieux de nos reporters de terrain, Bernard de la Villardière AKA « Nanard l’enquêteur » avait en son temps aussi bien savonné la planche de la reconnaissance étatique du MMA en France. Morsay organisateur de combats clandestins dans bas fonds de Clicli… Comment oublier ce moment de télé !

C’est finalement le travail d’une poignée de passionnés : promoteurs, combattants, arbitres, journalistes qui aura notamment fait pencher la balance. Le MMA français n’est pas une « grande famille », arrêtons de se (vous) raconter des histoires, mais tous les acteurs, quelle que soit leur paroisse ont toujours tiré dans le même sens, celui de la légalisation. Ce n’est donc plus qu’une question de temps avant de voir les plus belles salles du pays accueillir du MMA. Bientôt un UFC Accor ou U Arena, un Bellator au Dôme de Marseille, un Cage Warriors au Zénith de Lille, un M-1 Challenge à l’Arkéa Arena de Bbordeaux et soyons fous, un BAMMA au Zenith de Dijon. L’histoire l’oubliera certainement, mais il est intéressant, voire risible, de noter que c’est au moment où « l’octogone » bénéficiait d’une promo dont on se serait bien passé (#Orly #TPMT) que la nouvelle d’une possible légalisation est arrivée. L’adage veut que toute pub, même mauvaise, est bonne à prendre. Il faut croire que cela se vérifie parfois…

#Fuc%¿§gGoodNews

Yassin Hammachi de MMA4Fight

Leave a Comment

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>