100% Fight 38 – Résultats : notre débrief complet de la soirée de samedi

Autant cadrer les choses, la flagornerie gratuite, chez MMA4Fight, très peu pour nous. Alors, quand nous disons « pour votre gala d’hier Monsieur Chauffourier, énorme big-up ! », nous le faisons sans attendre quoi que ce soit en retour. Evidemment dans un pays comme la France, où le MMA n’est pas encore légalisé, où les shows ont parfois du mal à se monter au vu des bâtons que les politiques peuvent mettre dans les roues des promoteurs, où les primes ne sont pas celles des organisations européennes… Il est difficile de « faire des choses ». Mais Atch n’a jamais été du genre à reculer face à ce genre d’obstacles… Pour le plus grand plaisir pour du paysage parisien. Et hier, le promoteur d’Aubervilliers (et toute son équipe) a proposé un énorme show, qui fera date dans les mémoires des kiffeurs de MMA de la capitale.

Fidèle à l’adage qui veut que les parisiens aient des problèmes avec la ponctualité, nous arrivons sur place à 20h30, un retard qu’Atch ne manque pas de nous faire remarquer… Au moment de notre arrivée Xavier Boucaud et Eric Rivière se 100-Fight-38_Aljarouj-kick-Gomez_MMA4Fightdonnent la réplique sur le ring. Nous ouvrons notre soirée avec une première finalisation puisque Boucaut l’emporte sur une soumission. Comment s’en étonner, quand on sait que la stratégie construite avec son entraîneur, ‘Shadow Ludo’ était justement de « laisser le réunionnais chercher le sol et de le soumettre « . Une stratégie basée sur la conviction que Bouvaut avait les moyens de le faire . Avec cette finalisation, les choses s’annoncent sous les meilleurs auspices. Le deuxième combat auquel nous assistons est la première affiche internationale d’une soirée que le promoteur d’Aubervilliers a construite avec des combattants venus des quatre coins du globe. Le dominicain Ronny Gomez (5-12-0 / Peposo Fight Team) affronte le français Michael Aljarouj (5-3-0 / Old School Academy). Tout juste remis de sa défaite contre Moktar Benkaci, Gomez donne l’impression d’avoir très vite oublié ce revers. Certainement la force de tous -les membres du Peposo Fight Team qui ont pour particularité de combattre beaucoup plus fréquemment que le commun des fighters. Face à Aljarouj Gomez fait apprécier son aisance avec les low/ High kicks. En revanche, à chaque tentative de take down le français éteint les velléités adverses avec des sprawls toujours dans le bon timing. Pour consolider son avance Aljarouj utilise intelligemment les projections, mais dans le troisième, alors que la victoire lui parait promise, il se fait une frayeur sur une tentative de juji gatamé bien engagée. Du côté de Gomez, la stratégie est claire, quand il sent qu’il n’a plus l’avantage, le dominicain cherche à gagner du temps en indiquant au corps arbitral avoir reçu un coup dans les parties. Au bout de trois reprises la feinte devient visible et a le don d’exaspérer le public. Mais malgré cette tragi comédie façon del arte, malgré les amenées au sol d’Aljarouj, malgré son striking incisif, les juges décident de donner la décision à… Ronny Gomez ! La foule fait entendre son incompréhension et sa désapprobation. Après combat, l’entraineur d’Aljarouj, Gaetan Hurtel, nous portait réclamation, mais au moment où nous bouclons cet article le membre de la Peposo Team n’est plus désigné comme vainqueur du combat, le résultat étant désormais un ‘no contest’.

Du spectacle à tous les étages 

Pour le fight suivant, en revanche, pas de débat possible. De retour de son expérience russe au M-1 Challenge, Damien 100-Fight-38_Aida-victoire_MMA4FightPeltier (10-8-1 / Team Chapa Quente) était visiblement ravi de retrouver son public et un ring qu’il connait parfaitement (il s’alignait sur un 100% Fight pour la septième fois de sa carrière). En face, Ulrich Agbessi (1-7-0) avait fait le voyage depuis la Belgique, l’expérience parisienne aura de courte durée pour lui. Peltier n’aura, en effet, eu besoin que d’un petit round pour trouver la solution sur un superbe juji-gatamé. Le choc Herman Grebaba (7-15-1 / Stéphanoise Academy)  et Moustapha Aida (3-1-0 / Team Talbi & BTT) était celui programmé après l’entracte et… Bis repetita. Soumission au premier round, par un Aida qui malgré un physique légèrement « bedonnant » (dont il s’amusait après sa victoire) très loin des standards du MMA, qui se révèle redoutable une fois le combat engagé. Prochaine échéance pour lui, non loin de son nord natal, puisqu’il participera pour la première fois de sa carrière à l’European BeatDown. L’engagement, c’est ce qui caractérise le mieux le combat qui suivait ce choc Roubaix / Saint-Etienne. Sofian Bougamoun (6-4-0 / Platinum Hybrid Center) et Brice Picaud (4-2-0-1) – nommé aux awards du MMA dans la catégorie espoir de l’année – s’affrontaient ensuite dans une vraie opposition de styles et de gardes (droitier contre gaucher). A la fouge et au côté « bulldozer » de Picaud, Bougamoun répond par le coup d’œil et les remises dans le bon timing. A deux reprises l’élève de Loïc Pora et Christophe Dafreville touche (sur un bras arrière et sur un high kick), à deux reprises nous pensons que Picaud est sur le point de rompre, mais le bonhomme a du cœur. Dans ce qui est, à ce moment-là, le combat de la soirée, c’est Sofian Bougamoun qui parvenait finalement à convaincre les juges de lui accorder la victoire.

Les français conservent leur ceinture

C’était ensuite au tour des dames de faire leur entrée sur le ring. Pour le seul combat féminin de la soirée, une ceinture était 100-Fight-38_Page-victoire_MMA4Fighten jeu. Celle des combattantes de moins de 57 kilos, que le française Stéphanie Ielö Page (5-1-0 / Kajyn Paris) remettait en jeu. Face à elle, la finlandaise Chamia Chabbi avait été bien briefée. Elle savait Page redoutable en phase de striking, elle faisait donc tout éviter la confrontation dans cette dimension du combat. Coller et chercher les amenées au sol, telle était la stratégie afin de gêner un maximum la française. Mais Chabbi ne se contentait pas de cela, puisque sur des tentatives de triangle inversé et de juji, elle semblait même être en mesure de trouver la faille. Malgré cette belle combativité, Chabbi baissait peu à peu de rythme, pendant que la française, elle, montait dans le même temps en régime. C’est donc logiquement que Ielö s’imposait et conservait son titre.

William Gomis (5-2-0 / Atch Academy) était le deuxième français de la soirée à défendre son titre. Après une année d’absence et un report de combat, le jeune normand (désormais installé à Paris) avait 100-Fight-38_Gomis-victoire_MMA4Fightla dalle de fight et le faisait savoir. Il nous offrait, tout d’abord, l’entrée de la soirée. Accompagné du rappeur d’Auber Rémi, masqué et armé d’une batte, le doute quant à son envie d’en découdre ne pouvait exister. Face au brésilien Carlos Eduardo De Azevedo (20-17-2 / Peposo Team) l’équation était connue d’avance. Teto allait tenter de poser des problèmes à William en démarrant avec sa boxe de brawler, avant d’essayer de l’emmener au sol. Dans le premier round, le brésilien suivait très exactement cette tactique et posait de vrais problèmes au champion en titre. C’est dans le deuxième que Gomis trouvait finalement la recette, des middle puissants, un Teto qui flanche et une victoire qui en découle. La suite ? Une salle en feu qui célèbre le champion. Et l’ambiance n’allait pas redescendre, bien au contraire ! Showman dans l’âme, Yves Landu (10-7-0 / Snake Team), entrait au rythme de l’afrobeat. Comme Gomis, c’est un brésilien qui l’attendait sur le ring. Plus jeune, plus tranchant, plus affûté que son compatriote, Matheus Pereira (6-4-0 / Gracie Barra) est à n’en pas douter la bonne surprise venant de l’étranger de ce 100% Fight 38. Une combativité qui n’aura pas su à mettre à mal l’envie de Landu d’en finir avant le terme des trois rounds et d’offrir à ses nombreux supporters l’occasion de le célébrer comme il se doit. Contrat rempli après trois petites minutes, sur une superbe kimura. La suite avec Landu est connue, petite démo de ses skills en break et « haranguage » au M.I.C.

La tension monte d’un cran

C’est effectivement dans un climat légèrement plus électrique que s’est en effet clôturé le gala.  L’électricité on la sentait dès le départ entre Chaban Ka (8-5-1-1) et le biélorusse Alexei Kudin (24-12-1-1 / Academy MMA), qui s’étaient déjà affronté 100-Fight-38_Romming-Paraisy_MMA4Fighten 2013 au M-1 Challenge. A l’époque, c’est le bras du français qui avait été levé, après que Chaban ait finalise sur un étranglement arrière.  Samedi ce n’est pas le bras français, mais pas le biélorusse non plus qui a été levé. Et pour cause, les juges ont finalement opté pour un no-contest. Choix étonnant… Lorsqu’on ajoute que c’est sur des frappes en ground and pound que le combat était arrêté. Il n’eut pas été délirant de sanctionner Kudin pour ce qui est une faute éliminatoire dans les régles du pancrace. Les juges en ont décidé autrement. Seule bonne nouvelle à l’issue de ce combat controversé,  il y aura un acte III à la rivalité (sportive) entre les deux hommes. Vladimir, promoteur en Russie et manager de Kudin, présent dans la salle samedi s’est engagé à organiser la belle en MMA au mois d’avril. Ce combat retour de Chaban Ka pourrait donc être le premier d’une nouvelle série. L’histoire entre Norman Paraisy (16-6-2-1 / Kajyn Paris) et Johan Romming (10-7-1 / Team Romming) est plus récente et pourtant leur rivalité semble déjà être plus tenace que celle opposant le nordiste au biélorusse. La pesée avait déjà laissé entrevoir une certaine tension, le combat aura décuplé les choses. La bonne nouvelle pour le public fut que les deux hommes étaient vraiment déterminé à en découdre et se sont livrés une vraie guerre. Au bout des trois rounds, l’hésitation des juges quant à la décision aura ajouté une louche de tension à la dramaturgie. C’est finalement Paraisy qui était déclaré vainqueur et par conséquent nouveau champion de la catégorie middleweight du 100% Fight. Quatre champions titrés, quatre français, c’est ce que nous préférerons retenir de cette très belle soirée de pancrace !

Résultats complets du 100% Fight 38

🏆 Titleshot Middleweight (-84Kg) – Norman Paraisy Vs. Johann Romming : Paraisy à la décision des juges

🏆 Titleshot heavyweight (-120Kg) – Alexei Kudin Vs. Chaban Ka : No contest (combat arrêté au round 1, sur une frappe au sol de Kudin)

🏆 Titleshot lightweight (-70Kg) – Yves Landu Vs. Matheus Pereira : Landu via soumission (kimura), round 1

🏆 Titleshot featherweight (-66Kg) – William Gomis Vs. Carlos ‘Teto’ Eduardo de Azevedo : William par TKO, round 2

🏆 Titleshot flyweight (-57Kg) féminin – Chamia Chabbi Vs. Stéphanie Ielö Page : Page à la décision des juges

Superfight featherweight (-66Kg) – Brice Picaud Vs. Sofian Bougamoun : Bougamoun à la décision des juges

Superfight featherweight (-66Kg) – Herman Grebaba Vs. Moustapha Aida : Aida via soumission (juji gatamé), round 1

Superfight featherweight (-66Kg) – Damien Pelier Vs. Ulrich Agbessi : Peltier via soumission (guillotine), Round 1

Superfight bantamweight (-61Kg) – Ronny Gomes Vs. Michael Aljarouj : no contest

Superfight Catchweight (-75Kg) – Xavier Boucaud Vs. Eric Rivière : Boucaud via soumission, Round 3

Superfight bantamweight (-61Kg) –  Maximilien Vallot Vs. Gianni Fernandez : Vallot via par soumission (RNC), Round 1

Superfight heavyweight (-120Kg) – Rony Bouzy Vs. Gianny Mitori : Bouzy par KO, Round 1

Superfight welterweight (-77Kg) – Hicham Rachid Vs. Djamal Aliev : Rachid via soumission (juji gatamé), round 1

Superfight flyweight (-57Kg) – Franck Raheriajaona Vs. Abdellah Bellaoui : Raheriajaona   via soumission (triangle), round 1

#GrosseSoirée

Yassin Hammachi de MMA4Fight 

 

 

 

 

 

 

 

 

COMMENTS

Leave a Comment

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>