EBD 5 – Fight card : déjà quinze combattants annoncés pour la carte du 2 février

Depuis que le staff de l’European BeatDown a annoncé la tenue du cinquième événement de son histoire… hors des murs de la Mons Arena (une première pour l’organisation), les news n’ont cessé de tomber au sujet de la fightcard.  Pour le moment, pas de surprises, mais plutôt des bonnes nouvelles. Pas de surprise, puisque le quatuor belge en charge de l’organisation des évents EBD – Manu Pezouvanis – promoteur -, Mike Wiatko – promoteur -, Anthony Testa – en charge des relations publique – et Sébastien Laurent – responsable des médias et matchmaker – a respecté stricto sensu la recette qui est la sienne depuis le début de l’aventure. Le 2 février prochain, on retrouvera ainsi sur la carte des belges (bien sûr), beaucoup de français, un combat féminin, (au moins) un titleshot, des habitués du BeatDown, mais aussi quelques « petits nouveaux » .

Des newscomers français dans les petites divisions

Galanterie oblige, nous commencerons par évoquer le combat féminin de la soirée. Pour ce dernier, le suspens a déjà été EBD-5_Georges-Sasu_MMA4Fightrompu. Puisque le staff de l’EBD a annoncé qu’il n’y aurait qu’un seul fight de ladies et que deux combattantes ont déjà été annoncé, le doute n’existe plus en effet. Il s’agira d’un combat franco-français. L’élève de Fabio Pinca, Clara Ricignuolo (2-2-0 / Ringside Lyon) sera opposé à celle de Daniel Woirin, Iony Razafiarison (4-1-0-1 / Venum Training camp). Pour la lyonnaise, ce sera un retour, puisqu’elle s’était incliné contre Valérie lors de l’EBD 2. Iony, elle, fera sa première au BeatDown, avec un moral au beau fixe, après la victoire nette et sans bavure obtenue le moins dernier au Lions FC 7 contre Karla Benitez. La sociétaire du Venum Training Camp ne sera pas la seule représentante du MMA français à découvrir l’environnement EBD lors de cette cinquième édition. L’Hexagone enverra, en effet, une grosse délégation de « newcomers ». Dans les petites catés, deux arrivés seront à scruter particulièrement du coin de l’œil, celles de Benoit Blanc (3-1-0 / Forme Combat Club & BTT), chez les flyweight (combattants de moins de 57 kilos) et de Georges Sasu (Kongo Smashin’ Club / 5-1-0), chez les bantamweight. Le marseillais aura l’honneur d’inaugurer les combats flyweight dans la cage belge, puisqu’aucun fighter de la catégorie ne s’y était produit. Après avoir montré de très belles choses en pancrace (des victoires contre deux des meilleurs français de la division, Damien Pighiera, Sami Yahia, notamment), Blanc fera sa première sortie pro’ en MMA. Sasu, lui, se saura attendu. Son récent combat contre Chris Hadji au Lions FC 7 a fait couler beaucoup d’encre, il aura donc à cœur de passer à autre chose et de démarrer au mieux son aventure à l’European BeatDown. L’homme du Kumité Team, Smael Altiab (2-1-0), complète – à date – le casting des nouveaux visages français dans les petites catés à l’EBD. Absent des rings depuis 2016, moins identifié que Blanc et Sasu, Altiab se voit offrir l’opportunité de briller auprès d’un large public.

Encore des français, toujours des français…

Quinze combattants annoncés et déjà neuf français matchés… Ce n’est pas nous qui nous plaindrons de ce débarquement massif de fighters tricolores à La Louvière ! Toujours au rayon « nouveauté », Mohamed Ramdane (4-0-0 / SPARTEBD-5_Soufiene-Oudina_MMA4FightIATE TEAM), Alix Jeanguillaume (0-4-1 / Team Lopes) et Samba Coulibaly (11-5-0 / Atch Academy), complètent le casting. La situation de Ramdane ressemble beaucoup à celle de Smael Altiab. Il a pour le moment brillé sur la scène pancrace parisienne, mais s’il veut mettre un coup d’accélérateur à sa carrière, des débuts en boulet de canon à l’EBD serait une excellente idée ! Pour le chanteur (dans le groupe Band IN ARKADIA) / fighter Alix Jeanguillaume, la problématique est autre. L’étranger, il connait. Il s’est en effet déjà notamment produit en Suisse, au HFC et en Espagne, à l’Hombres de Honor, mais jamais il n’a encore remporté de combat pro. Pour lui l’équation sera toute simple, parvenir à trouver le chemin d’un premier succès en MMA. Enfin, le plus célèbre des nouveaux entrants français de cet EBD 5 sera Samba Coulibaly. Depuis sa défaite au Bellator 176, en avril 2017, on n’avait pas revu l’homme de la Atch Academy en action. C’est donc une très bonne nouvelle de le voir intégrer le roster welterweight de l’organisation belge. Une division dans laquelle reviendra Soufiene Oudina (3-4-0 / NFC) à l’occasion de l’événement du 2 février prochain. Après un essai infructueux chez les lightweight (défaite contre Mohamed Afkir), ‘Fiensou’ fait donc son comeback chez lui, dans la caté’ des moins de 77 kilos. Pour lui, ce sera le quatrième combat à l’EBD. Les match-makers belges ne lui ayant jamais fait de « cadeaux » (il a affronté consécutivement Georges Eid, Jovica Tomic et Mohamed Afkir), nous avons hâte de connaitre le nom de son prochain adversaire. Enfin, chez les poids lourds, un autre nordiste fera son retour dans une cage qu’il connait bien, le factorien Quentin Domingos (2-0-0 / MMA Factory). Avec deux combats déjà prévus (après l’EBD 5, il s’alignera sur le GFA 11 du 23 mars prochain), 2019 pourrait être l’année de ‘Ruskov’.

Belgique, Belgique, vie

Pour le moment, nous le disions plus tôt dans l’article, l’autre partie des combattants annoncés sur la carte sont originaires EBD-5_Ayton-De-Paepe_MMA4Fightdu plat pays. Là aussi, les nouveaux venus sont légions. La grosse nouveauté réside dans l’arrivée à l’European BeatDown d’une des équipes historiques de Belgique, le Perfect Team MMA. Jusqu’à lors plutôt habitués à envoyer leurs combattants sur les plateaux belge du Cage Warriors ou au StareDown FC, Ben Dandois et son équipe débarquent donc à l’EBD. Pour cette « grande première », ce sont deux des meilleurs combattants du team, Sameer ‘The afghan warrior’ Alekozai (8-2-0 /) et Ayton De Paepe (7-1-0), qui serviront d’éclaireurs. L’autre nouveauté, côté belge, se situera dans la présence d’Alka Matewa (2-2-0 / X-Treme Training Center). Institution nationale en muay thaï, Matewa revient au MMA après cinq d’absence dans la discipline. Son passage au Canada lui avait permis de démarrer par les arts martiaux mixtes, mais depuis qu’il était rentré sur le vieux continent, c’est surtout sur le pied poing qu’il s’était concentré. Enfin, la soirée permettra à trois habitués du BeatDown de lancer leur année 2019. Après sa défaite contre Roman Molodji en Suisse, lors du Lions FC 7, Sebastien Di Franco (4-1-0 / NR Gym) revient faire la « guerre » à domicile. Il aura à cœur d’effacer le premier échec de sa carrière dans la cage. Son adversaire sur l’European BeatDown 3, Bolaji Oki (1-1-0 / Valon Team) aura lui envie de confirmer, après sa victoire d’octobre dernier contre Jordan Beljic. Enfin, Damien Berteaux confirme son retour dans le game. Après avoir été fidèle à son nickname de ‘Faster’ pour son comeback lors de l’EBD 4 (il s’était imposé en 20 petites secondes contre Jean Dutriaux), Berteaux ne relâche pas la pression et revient donc dans la cage quatre mois plus tard. D’autres news devraient tomber dans les prochains jours, un conseil par conséquent… Restez connectés !

#15noms

Yassin Hammachi de MMA4Fight

Leave a Comment

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>