Red Lions FC 1 – Résultats complets : retour sur la première soirée de l’histoire de l’organisation

C’était une soirée de (vrai) MMA et cela se passait à deux heures (de train) de Paris… Si en France, l’heure est encore à l’interdiction d’organiser des compétions et des shows de grande envergure en cage, les autres pays de la Francophonie, eux, ont pris le train le train en marche. La Belgique, avec l’OFC, le 360 MMA et l’European BeatDown, la Suisse, avec le HFC, le Lions FC et le SHC, avaient pris une longueur d’avance. Il faudra désormais compter sur le Luxembourg et son Red Lions FC. Après un premier événement siglé WWFC, le promoteur/ speaker (et parfois fighter) Mourad ‘Buffer’ Serrar, proposait au public du grand-duché (et aux fans de MMA de l’est de la France), le premier Red Lions FC de l’histoire !  Une histoire riche, puisque quatorze combats étaient programmés ! La soirée était découpée en deux temps, puisqu’une large première RLFC-1_Victoire-Texeira-ceinture_Fight-Actionpartie de la carte préliminaire était dédiée aux fights amateurs, avant que dans un second temps les combats professionnels. Les rencontres amateurs se déroulaient dans les règles IMMAF : combat en cage, trois rounds de trois minutes, combattants équipés de protège-tibias chaussettes et de gants de MMA renforcés. C’est dans ces règles que le discret José Texeira (Team Street Sport) s’est imposé dans le tournoi amateur (et international !) lightweight, qui réunissait quatre participants. Après s’être débarrassé au premier tour de l’espagnol, José Seral, le luxembourgeois s’imposait en finale contre le finlandais Teemu Leinonen. Texeira permet donc à la ceinture de rester au Luxembourg… Comme celle des bantamweight (chez les pros), nous y reviendrons. Mention spéciale au français – au nordiste, pour être précis – de ce tournoi, Wassil Bensadok (Nord Fight Club). L’élève de Chaban Ka avait accepté de prendre le tournoi à quelques heures de la pesée… avec six kilos à perdre en un temps record. Cela ne l’aura pas empêché de passer à deux doigts de la victoire contre Leinonen au premier round. Il s’inclinait finalement dans la deuxième reprise, mais nous souhaitions saluer le courage du garçon !

Street Sport… Le team luxembourgeois à suivre !

Cette carte préliminaire nous aura permis de découvrir d’autres talents venus du Team Street Sport, la plus grosse équipe Luxembourgeoise. Si elle ne dispose pas encore de structures « MMA » pour l’accueillir, cette équipe a en revanche de la suite dans les RLFC-1_Isakov-punch-Kallio_Fight-Actionidées ET le don de former de redoutables prospects. Deux (autres) d’entre eux auront brillés dans la cage samedi. Le premier ? Yann Liasse. Avec sa coupe afro et son air de fighter brésilien, le bonhomme ne passait pas inaperçu dans les travées du Casino de Mondorf les Bains. Mais dans la cage, c’est par son talent qu’il s’est fait remarquer. Tombeur de l’italien Danilo Cardelli, Liasse s’est offert un shoot de bonheur de la part d’un public venu en masse pour le soutenir. Ce fut ensuite au tour d’Issa Isakov (2-1-0 / Team Street Sport Luxembourg) de briller devant ce même public. Après un détour par les championnats du monde amateurs, Issa, que l’on avait déjà vu chez Atch en 2014 et 2015, effectuait sa première apparition dans une cage au Luxembourg.  Il n’aura laissé aucune chance à Mika Kallio, lui aussi passé par deux éditions des championnats du monde IMMAF, de lui voler la vedette. Puissant, excellent lutteur et à l’aise lors des phases de striking, Isakov a déjà tout d’un grand ! Même s’il a annoncé sa volonté de désormais de combattre une dernière fois en amateur (au championnat d’Europe du mois de mai), nous avons bon espoir de le voir rapidement chez les pros, car à 29 ans, il peut légitimement nourrir de très belles ambitions dans RLFC-1_Entrée-Cage-Lucie-Bertaud_Fight-Actionnotre sport. Installé depuis six mois au Luxembourg, comme la chaine SFR Sport 5 pour laquelle elle travaille, Lucie Bertaud (1-0-0 / Team Street Sport) a permis à la team Street Sport de faire le grand chelem lors de la soirée. De retour après deux ans d’absence (sa dernière apparition en « MMA » remontait au KOC 9, d’avril 2016), la française affrontait la finlandaise Karolina Hulkko. Consciente du danger de la boxe de Lucie, la finlandaise décidait de la coller trois rounds durant. La boxeuse française était ouverte au front durant le combat et le médecin hésitait à l’arrêter. Sans l’intervention d’Ahmed Korchi (abritre de la soirée), elle aurait voir le combat se stopper. Dans ces conditions, Bertaud aura eu toutes les peines du monde à sortir sa boxe, mais s’imposait finalement à la décision des juges. A l’issue du combat elle nous avouait se poser des questions sur sa volonté de retourner dans la cage. Si elle le fait, nous expliquait-elle, ce sera pour aider des associations auprès desquelles elle souhaite œuvrer ! Nous ne pouvons que la soutenir dans cette noble démarche !

L’heure des combats pros… Le nord et la Belgique à l’honneur

La partie professionnelle de la carte, nous a tout d’abord permis de revoir Karim Rabei (4-0-0-1 / Nord Fighting Club) en action. Absent depuis septembre 2016 et son combat au WWFC Octagon Pride, déjà au Luxembourg, Rabei revenait dans la cage pour affronter un autre nordiste, le judoka Dimitri Kestelyn (2-3-1 / Bushido Crew). Malgré sa longue absence, le sociétaire du team NFC aura su faire la différence RLFC-1_Mousayev-genoux-Promeneur_Fight-Actioncontre un Kestelyn qui effectuait son premier combat pro en cage (les autres apparitions ayant eu lieu sur le ring). Toujours invaincu après cinq apparitions professionnelles, Rabei prouve qu’il a toutes les cartes en main pour suivre la fréquence et la trajectoire de ses partenaires d’entrainement que sont Chaban Ka, Soufiene Oudina ou Mohamed Sayah. S’il engrange les fights, son profil de serial « soumissioneur » (il a gagné tous ses combats par sub’) pourrait intéresser bien des organisations, dont une, qui fait beaucoup de bruit depuis un an et demi et qui a pris pour habitude de construire ses cartes avec les meilleurs nordistes (et les meilleurs belges). Les combat qui suivit ce choc lightweight fut, de notre point de vue, le ‘fight of the night’. Mourad Buffer et Sophie Cumani avait réquisitionné Jean-Phael Promeneur (8-10-1 / MMA Factory) et Timour Mousayev (6-3-0 / Octogon Fighting Club) pour un énorme choc middleweight. Séduisant sur le papier, l’affrontement aura tenu toutes ses promesses ! Le sociétaire de la MMA Factory et le tchéchène installé en Belgique se sont rendus coup pour coup, trois rounds durant. Nous avons cru pendant de cours instants qu’un des deux fighters tomberait face à la puissance de la foudre adverse, mais il n’en fut rien ! C’est donc les juges qui durent départager les deux hommes et c’est finalement le bras de Mousayev qui était levé par Ahmed Korchi. Mais c’est en vainqueur que les deux protagonistes ressortaient de la cage, tant leur combat restera dans les annales de la jeune organisation. Enfin, comment ne pas évoquer le combat de l’inélarable Sébastien Robinet (0-6-0) qui, magré ses 46 ans, aura livré une belle guerre à l’italien Davor Oliveiri (1-0-0 / Venator FC). Et malgré la défaite, nous ne pouvons nous empécher de passer un grand coup de chapeau à ce Monsieur, ce personnage du MMA français !

Les françaises assurent !

L’avant dernier combat féminin de la soirée fut aussi impressionnant… mais beaucoup plus court ! Il opposait la française Claire Lopez RLFC-1_Lopez-punch-Alvarez_Fight-Action(2-0-0 / BlackOut Team) à l’espagnole Alexandra Alvarez (0-2-0 /  Inigo Nuevo Gym). Et comme pour son premier combat, contre Leila Sekaf au GFA 9, Lopez n’a laissé aucune chance à son adversaire, puisqu’elle s’imposait en moins d’une petite minute. Littéralement débordée par le striking ultra agressif de la française, Ahmed Korchi faisait le choix d’arrêter Alvarez. Après deux sorties seulement, Lopez émerge donc comme une des athlètes française féminine à suivre ces prochains mois, au même titre qu’une Clara Ricignuolo par exemple. Le dernier combat féminin de la soirée concernait deux françaises, Stéphanie Ielo Page (3-1-0 / Kajyn) et Clémence Schreiber (4-7-0 / Platinum Hybrid Center). Un combat difficile à appréhender pour deux femmes qui se connaissent bien et se respectent. Elles seront parvenues à surmonter ce contexte particulier, pour offrir au public et aux spectateurs du show sur le live Facebook, un spectacle dantesque. Mention spéciale à Clémence, qui malgré les ogives délivrées par Stéphanie, aura constamment cherché à être en marche avant. C’est grâce à sa boxe quatre étoiles que Page s’imposait finalement, dans ce qui fut le combat féminin de la soirée. Si le duo de promoteurs luxembourgeois décidait d’organiser des combats pour les ceintures strawweight et flyweight du Red Lions FC, Lopez et Page seraient des postulantes plus que naturelles. Mais en attendant une éventuelle deuxième édition du show, nous aimerions revoir les (trois) françaises très bientôt sur la carte d’un show de MMA (ou de pancrace).

Main event(s)..

Pour clôturer la soirée, Mourad Serrar avait programmé au départ deux combats pour des ceintures. Mais à deux jours du show, RLFC-1_Mendoza-guillotine-Sévérac_Fight-Actionl’adversaire marocain de Boubacar Baldé (13-11-0 / BlackOut Team), Abdelali Ait Yachou (2-4-0 / Gym Factory Casablanca), se voyait finalement privé de visa. Dans l’intervalle, le staff du RLFC tentait de trouver un remplaçant, mais le délai était trop court. C’est donc le combat Estaban Mendoza (5-10-0 / MMA Stratégie Lisses & LSA) Vs. Cédric Sévérac (7-15-1 / Boom Boom Team) qui se retrouvait propulsé en co-main event. Les deux hommes s’étaient affrontés en 2013 dans les régles du Kempo et c’est Sévérac qui était sorti vainqueur. Mendoza sera donc parvenu à prendre sa revanche (avec la manière!), puisque c’est  par soumission qu’il remportait finalement le combat. Après sa victoire sur Younes Najib lors de l’European BeatDown 2 (en octobre dernier), Mendoza prouve que le travail fourni ses derniers mois avec Johnny Frachey, Freddy Lepine, Peter Ligier… au MMA Stratégie Lisses porte ses fruits ! Une salle du temps dans laquelle il s’entraine également avec Julien Gracco (9-3-0 / MMA Stratégie Lisses & LSA). Pour son retour au Luxembourg, l’enfant du pays disputait donc le seul combat pour RLFC-1_Gracco-Azevedo-soumission_Fight-Actionune ceinture (pro) de la soirée. Et comme José Texeira, il n’était pas disposé à la voir sortir des frontières du grand-duché. Mais contre le brésilien Carlos Eduardo De Azevedo (8-12-2 / Peposo Team) tout ne fut pas si simple. Et pourtant, dans la première reprise Gracco avait l’opportunité de tuer le match. Par deux fois, il connectait le menton brésilien sur des bras arrière, mais par deux fois, il faisait le choix de le laisser se relever pour prolonger le plaisir. Une décision qu’il payait dans le second round, puisque ‘Teto’ revenait bien et nous montrait de bien plus jolies choses que ce qu’il avait proposé contre Roman Molodji et Gaetano Pirrello, lors du 100% Fight 29 et de l’EBD 3. C’est finalement dans la troisième reprise que le luxembourgeois trouvait la solution sur une superbe clé de genoux qu’il essayait de passer depuis un moment. Cette victoire de l’enfant du pays venait clôturer de la plus belle des manières la première édition du RLFC. Espérons que cette première en appelle bien d’autres…

Résultats complets du Red Lions FC 1

– Tournoi lightweight (-70 Kg) amateur / José Teixeira Vs. José Seral : Texeira via soumission, round 2

– Tournoi lightweight (-70 Kg) amateur / Teemu Leinonen Vs. Wassil Bensadok : Leinonen via soumission (rear nacked chocke), round 2

– Superfight welterweight (-77 Kg) / Yann Liasse Vs. Danilo Cardelli : Liasse via soumission, round 2

–  Superfight bantamweight amateur /  Lucie Bertaud Vs. Karolina Hulkko : Bertaud à la décision

–  Superfight middleweight (-84 Kg) /  Sébastien Robinet Vs. Davor Olivieri : Olivieri à la décision

– Superfight Strawweight (-52 Kg) / Claire Lopez Vs. Alexandra Alvarez : Lopez par TKO, round 1

– Superfight welterweight (-77 Kg) / Issa Isakov Vs. Mika Kallio : Issa Isakov à la décision

MAIN CARD

– Finale Tournoi lightweight (-70Kg) amateur – José Teixeira Vs. Teemu Leinonen : Teixeira via soumission, round 2

– Superfight welterweight – Karim Rabei Vs. Dimitri Kestelyn : Rabei via soumission (guillotine), round 1

– Superfight Middleweight (-84 Kg) / Timour Mousayev Vs. Jean Phael Promeneur : Mousayev à la décision

– Superfight flyweight (-57 Kg) / Clémence Schreiber Vs. Stéphanie Ielo Page : Page à la décision

– Superfight Middleweight / Esteban Mendoza Vs. Cédric Severac : Mendoza via soumission (guillotine), Round 2

– Title shot Bantamweight (-61 Kg) / Julien Gracco Vs. De Azevedo : Gracco via soumission (clé de genoux), Round 3

#PremièreRéussie

Yassin Hammachi de MMA4Fight

Leave a Comment

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>