Award du MMA Francophone 2017 : découvrez les noms des lauréats…

Deux semaines après l’annonce des nommés au Awards du MMA francophone 2017, notre jury (composé d’un combattant de renom – Taylor Lapilus – , d’un promoteur (Stéphane ‘Atch’ Chaufourier, d’un entraineur – Shadow Ludo, ex coach de la FFA, de l’équipe de France de MMA IMMAF et de actuel entraîneur national de l’équipe muaythai WMF, d’un speaker – Mourad ‘Buffer’ Serrar – et enfin un journaliste – de MMA4Fight forcément- ) a tranché. Tous ont travaillé dans leur coin pour établir leur classement dans les sept catégories créés pour 2017. Qui succède donc à Maguy Orton Berchel, Francis Ngannou, Salahdine Parnasse, Fares Ziam, au SHC et à la MMA Factory ? La réponse est plus bas…

Combattante francophone de l’année 2017 : RIZLEN ZOUAK

  1. Rizlen Zouak (3-0-0 / MMA Factory) : 17 points
  2. Iony Razafiarison (3-1-0-1 / MMA Factory) : 16 points
  3. Clara Ricignuolo (2-1-0 / RingSide Lyon) : 16 points
  4. Domergue (4-4-0 / FFA) : 14 points
  5. Maguy Berchel (8-3-1 / FFA) : 12 points

C’est LA catégorie dans laquelle le vote fut finalement le plus serré. Avec ses trois victoires en autant de combats pour ses débuts en MMA, rizlane-Zouak_EFC-Africal’ex judokate olympique marocaine Rizlen Zouak signe une première année en tout point parfaite. Après des débuts victorieux au Cage Warriors, la ‘Lionne de l’Atlas’ s’est parfaitement insérée dans la division bantamweight de la plus grande organisation africaine, l’EFC. Avec ses deux victoires, d’abord au Bellator contre l’invaincue (alors) Sinead Kavanagh (5-2-0) puis au Superior FC contre la très expérimenté Diana Belbita (10-4-0), Iony Razafiarison est passée à un petit point de la victoire. Comme Zouak, Clara Ricignuolo signe une très belle première année en MMA. L’élève de Fabio Pinca a impressionné notre jury et s’adjuge la dernière place sur le podium. Son premier combat de 2018, Ricignuolo devait l’effectuer sur la carte du Red Lions FC, mais une blessure la privera finalement du show. A la quatrième place pointe la seule combattante qui soit parvenu à défaire Clara l’année passée, Valérie Domergue. Son retour à la FFA a été une réussite en tout point, puisqu’elle a effacé une série de trois défaites (concédées en 2016), en enchainant trois victoires. Seule ombre au tableau, la défaite de décembre pour sa première au sein de la prestigieuse organisation Phoenix FC. Enfin, Maguy Berchel, la partenaire de Domergue à la FFA, accroche la cinquième et dernière place de notre classement. A ce classement nous aurions pu ajouter le nom de Zarah Fairn qui, elle aussi, a avait signé une très très belle année, en s’imposant à trois reprises à l’étranger. La concentration de talents chez les femmes nous a obligé à faire des choix, mais c’est une finalement bonne nouvelle de constater que chez les « ladies », aussi, la compétition se fait de plus en plus rude !

Espoir de l’année : ABDOUL ABDOURAGUIMOV

  1. Abdoul Abouraguimov (6-0-0 / Team Delariva Nantes) : 23 points
  2. Pierre Ludet (2-0-0 + 2 victoires semi-pro / Diables de Stenay) : 17 points
  3. Sami Yahia (5-4-0 / Evolution pancrace) : 14 points
  4. Fares Ziam (5-2-0 / Team Ezbiri) : 13 points
  5. Helder Fernandes (4-3-0 / FFA) : 8 points

Abdoul Adbouraguimov. Soyons honnête, début 2017 peu de fans de pancrace/ MMA connaissaient le nom du nantais originaire du EBD-3_Abdoul-Abdouraguimov_MMA4FightDaguestan. En novembre 2016 il avait décroché sa première distinction en s’imposant lors des Contenders 33 chez Atch. Mais c’est son année 2017 qui lui a finalement donné accès à une visibilité toute autre ! En s’imposant coup sur coup contre en pancrace contre un ex champion du Cage Warriors, Gael Grimaud, un vétéran du Bellator, Nayeb Hezam et en réussissant la transition pour ses débuts en MMA, avec deux succès avant la limite, Abdouraguimov est devenu une évidence pour tout le monde. Malgré ses très solides prestations (deux victoires chez les pros et deux autres en semi-pro) Pierre Ludet, fini donc à la deuxième place, payant l’année exceptionnelle d’Abdoul. Mais à pas encore 20 ans et alors qu’il s’entraine dans un « petit club de province », selon ses propres mots, la perf’ du sociétaire des Diables de Stenay est en tout point exceptionnelle ! Prochain défi pour lui, la transition en MMA, dans une grosse organisation, puisque sa victoire lors du tournoi de l’Integra FC lui ouvre les portes d’un premier combat au M-1 Challenge. A la troisième place le jury des awards du MMA francophone a tenu à récompenser l’année du marseillais Sami Yahia. Malgré deux défaites concédées, Yahia a été très actif (cinq combats) et a impressionné par sa capacité à enchainer. Dans cette catégorie « espoir de l’année », la province est consacrée, puisqu’à la quatrième est elle aussi occupée par le sociétaire d’une équipe « non parisienne ». Après Nantes, Stenay et Marseille, c’est Lyon qui place l’un de ses combattants, le prodige Fares Ziam, dans le classement. Titré pour son KO sur Damien Lapilus en 2016, l’élève de Fouad Ezbiri, s’impose donc de plus en plus comme une valeur sûre du MMA francophone et sa victoire récente contre Abner Lloveras (un vétéran de l’UFC) n’est pas faite pour inverser cette tendance. Dernier et seul parisien de ce classement, Helder Fernandes, qui a réalisé une année parfaite en pancrace. Son prochain défi sera de transformer l’essai en MMA…

Combattant de l’année – organisations majeures (Bellator, One FC, Road FC, UFC)  : FRANCIS NGANNOU

  1. Francis Ngannou (11-2-0 / MMA Factory) : 23 points
  2. Mansour Barnaoui (16-4-0 / Team Magnum): 19 points
  3. Volkan Oezdemir (15-2-0 / Blackzilians) : 18 points
  4. Peter Ligier (8-2-1 / MMA Fusion) : 9 points
  5. Moïse Rimbon (25-11-3 / Phuket Top Team) : 6 points

Dans cette catégorie, beaucoup diront que le suspens existait qu’à compter de la deuxième place, tant l’award semblait promis au ‘Predator’ UFC_Ngannou-KO-Overeem_MMA4FightFrancis Ngannou. Ses deux victoires dans l’octogone contre Andreï Arlovski et Alistair Overeem étaient déjà des pass VIP pour la première place. Mais histoire d’enfoncer le clou, Francis est allé les chercher de la plus belle des manières (avec deux impressionnants finish qui figurent également dans la catégorie « KO de l’année »). Difficile pour les autres challengers à l’Award du combattant (grandes organisations internationales) de l’année de lui chiper sa place… Doublé donc pour le sociétaire de la MMA Factpry qui avait déjà été titré l’année passée. Combat il y a eu, en revanche, pour la deuxième place. Avec ses trois victoires par (T)KO, qui lui ont ouvert le chemin du title-shot light-hevyweight à l’UFC, le suisse Volkan Oezdemir aurait été tout à fait légitime sur cette marche. Mais Mansour Barnaoui lui grille finalement la politesse pour un petit point. Ses trois victoires (toutes obtenues par étranglement arrière) dans le tournoi lightweight du Road FC ont convaincu notre jury d’en faire le dauphin de Ngannou cette année. A la quatrième place, Peter Ligier s’invite dans la « cours des grands ». Ses victoires au Fight Night Series et à l’European BeatDown et sa défaite d’un cheveu contre le top 20 mondial (source Tapology) Michael McDonald ont convaincu notre jury de le faire pointer au classement devant le vétéran Moïse Rimbon, toujours actif, qui est allé chercher la ceinture middlleweight du Phoenix en 2017. Comme chez les femmes, ce classement aurait pu être allongé (d’au moins) une ligne. Le ‘Kid’ Alex Lohore aurait mérité que son année pleine de victoires (quatre au total) au Bellator et au BAMMA soit saluée !

Combattant (Organisations européennes & internationales « intermédiaires » et grandes organisations françaises) de l’année : SALAHDINE PARNASSE

  1. Salahdine Parnasse (10-0-1 / Atch Academy) : 23 points
  2. Anthony Dizy (11-2-0 / MMA Factory) : 17 points
  3. Elias Boudegzdame (14-4-0 / La Bonne Ecole) : 17 points
  4. Morgan Charriere (9-5-0 / Team Chapa Quente) : 13 points
  5. Konmon Deh (10-4-0 / MMA Factory) : 5 points

Deuxième distinction en deux ans pour le jeune Salahdine Parnasse ! Après l’avoir remporté la timballe l’année passée dans la catégorie European-BeatDown-2_Victoire-Parnasse-Rodriguez_MMA4Fight« espoir de l’année », le sociétaire de la Atch Academy s’impose cette fois-ci dans celle du combattant (Organisations européennes & internationales « intermédiaires » et grandes organisations françaises) de l’année. Il faut dire que le garçon fait tout pour se faire (bien) remarquer ! Après avoir remporté la ceinture featherweight du 100% Fight, Salah a parfaitement réussie la transition en MMA, avec deux victoires convaincantes à l’EBD 2 et au KSW. A la deuxième position, se classe Anthony Dizy. Très discret hors de la cage, l’ancien lutteur se mue en machine (à gagner) une fois la cloche et sait se rendre visible (pour les bonnes raisons) ! En 2017 il a fait de l’Angleterre son terrain de jeu et a semé l’hécatombe au BAMMA, au Cage Warriors et au Tanko FC. Un seconde marche du podium qu’il partage avec un autre grand discret du MMA français, Elias Boudegzdame. Depuis deux ans le sudiste a su donner une autre dimension à sa carrière et sa place dans le trio de tête vient récompenser son titre de champion featherweight du Brave CF. Enfin, aux quatrièmes et cinquièmes places, Morgan Charrière et Konmon Deh se voient récompenser de leur très belle année 2017 respectives (trois victoires pour l’un comme pour l’autre).

Equipe francophone de l’année : MMA FACTORY 

  1. MMA Factory / Head coach – Fernand Lopez Owonyebe : 25 points
  2. Atch Academy / Head coach – Stéphane Atch Chaufourier : 19 points
  3. Snake Team / Head coach – Cyrille Diabaté : 17 points

Déjà titrée en 2016, la MMA Factory s’impose à nouveau en 2017 comme la meilleure écurie francophone de MMA. C’est même un MMA Factory_2018véritable plébiscite, puisque l’équipe créée par Fernand Lopez prend la tête des classements de tous les membres de notre jury. Il fait dire que les résultats hyper convaincants obtenus partout dans le monde (Francis Ngannou qualifié pour le titleshot heavyweight de l’UFC, Damien Lapilus champion du BAMMA chez les featherweight, Taylor Lapilus champion featherweight du GMC, Konmon Deh champion du Budo…) weekend après week-end, plaidaient clairement en la faveur du team parisien. A la deuxième place la Atch Academy fait une incursion méritée dans notre classement. 2017 a en effet été l’année de la confirmation pour un certain nombre de combattants de l’équipe d’Aubervilliers. Zoumana Cissé est devenu le champion poids lourd de l’European BeatDown, Samba Coulibaly a fait son entrée au Bellator, Salahdine Parnasse a signé l’année parfaite que ce soit en pancrace ou en MMA et la relève (Sofiane Aissaoui, Rony Bouzy, Fabacary Diatta, Selim Guillory…) a commencé à pousser au portillon. Même constat pour la Snake Team, troisième de cette catégorie, chez qui une nouvelle génération est en train d’émerger (William Gomis, Abou Tounkara..). Mais ce sont les « plus anciens », qui ont (surtout) fait le taf ! Grégory Babène a remporté sa troisième victoire en autant de combats disputés au Bellator, Emmanuel Dawa s’est emparé de la ceinture welter de l’OFC, Arnaud Kherfallah a parfaitement géré son entrée au M-1 Challenge en s’adjugeant deux victoires et Kevin Petshi a fait une belle entrée dans le tournoi bantamweight du Rizin, après s’être emparé de la ceinture au Superior Challenge.

Evènement francophone de l’année : EUROPEAN BEATDOWN 2 

  1. European Beatdown 2/ Mons Arena, Belgique : 23 points
  2. 100% Fight 29/ Halle Georges Carpentier de Paris, France : 20 points
  3. Octogone 1/ Palais des sports de Marseille, France : 17 points
  4. GFA 9/ Gymnase Compans Caffarelli de Toulouse, France : 9 points
  5. KOC 10/ Complexe les Vauzelles de Cognac, France : 6 points

L’année passée, le SHC 10 avait remporté l’award dans la catégorie « événement de l’année ». Un « titre » que l’organisation Suisse de Raid European-Beatdown-2_Main-Card_MMA4FightSalah ne pouvait pas défendre, puisqu’aucun événement siglé SHC n’était organisé durant l’exercice 2017. Notre jury a choisi de récompenser le travail du team de promoteurs belges de l’European BeatDown, qui nous avait offert en novembre dernier un événement de folie, dans la superbe enceinte de la Mons Arena. Enceinte de qualité (donc), match making maitrisé et cohérent et combattants de renoms (Zoumana Cissé, Steven Cnudde, Roggy Lawson, Peter Ligier, Salahdine Parnasse, Hyram Rodriguez…)  auront été les éléments de la recette du succès de cette seconde édition de l’EBD. A la deuxième place, le 100% Fight 29 et son promoteur Stéphane Atch Chaufourier sont récompensés. Il faut dire que pour cette édition l’organisateur historique du MMA francophone avait mis les petits plats dans les grands (Abdoul Abdouraguimov, Leandro Bispo, Samba Coulibaly, Gael Grimaud, Cheick Koné…) ! Troisième, et nouveau venu dans le game, l’Octogone 1 d’Eric Romeas. Après la boxe pied poing, le promoteur marseillais se lançait en mai dernier, pour la première fois, dans l’aventure pancrace et ce fut une belle réussite ! Si pour l’heure aucune annonce n’a été faite pour une deuxième édition, le public marseillais apprécierait de bientôt pouvoir vibrer à nouveau au rythme des exploits de Moktar Benkaci, Vincent Del Guerra, Yves Landu, Mickael Lebout et consorts, dans l’écrin de folie qu’est le Palais des Sports de Marseille. Enfin, aux quatrièmes et cinquièmes places, notre jury a récompensé le travail des « petits promoteurs » qui, à l’image de Jean-François Billon (GFA) et Frédéric Fernandez (KOC), continuent de se battre pour faire exister le MMA (le pancrace 😉 ) partout sur le territoire hexagonal.

KO de l’année : FRANCIS NGANNOU  

  1. Francis Ngannou sur Alistair Overeem – UFC 218 / http://bit.ly/2DbwTRV: 25 points
  2. Steven Cnudde sur Roggy Lawson – EBD 2 / http://bit.ly/2FARx31: 15 points
  3. Nordine Taleb sur Danny Roberts– UFC on Fox 26 / http://bit.ly/2tsleyz : 13 points
  4. Francis Ngannou sur Andrei Arlovski – UFC on Fox 23 / http://bit.ly/2FqxSj5: 12 points
  5. Johan Romming sur Leroy Barnes – Cage Warriors 82 : http://bit.ly/2DbUdz4 : 10 points

#Lauréats

Yassin Hammachi de MMA4Fight

Leave a Comment

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>