GFA 9 – résultats : retour la première soirée de pancrace dans la ville rose

Vendredi (24 novembre) Jean-François Billon, le promoteur du GFA, nous avait confié éprouver une certaine appréhension. Comment pouvait-il en être autrement pour celui qui s’apprêtait à proposer à Toulouse et ses habitants, une ville de laquelle il était totalement étranger, le premier événement pancrace de l’histoire de la cité rose. C’est le niçois Martin Causse (1-1-0-1 / Boxing Squad)  et le local Julian Lebel (0-1-0 / Team Anthony Réa) qui avaient l’honneur d’ouvrir le gala. Causse le faisait avec panache en infligeant dès l’entrée du premier round un KO à son adversaire. Une victoire en forme de revanche pour cet excellent combattant qui avait été blessé par une chute au travers des cordes, qui avait marqué la septième édition du GFA et avait fait grand bruit dans la presse. Dans le deuxième combat de la soirée, l’usine à talent MMA Factory nous en présentait un nouveau, Mehdi Ben Lakhdar (1-0-0 / MMA FACTORY). Venu de l’anglaise (dans cette discipline Mehdi a disputé à plusieurs reprises le championnat d’Ile de France amateur) c’est naturellement sur son striking et plus particulièrement sur ses poings qu’il s’appuyait pour construire sa victoire contre Dimitri Kestelyn (3-2-0). Fluide, vif et percutant il mettait son adversaire en difficulté à plusieurs reprises en lui infligeant des knock down ravageurs. Mention spéciale à Kestelyn qui revenait sur les surfaces  de combat après trois ans d’absence (il avait effectué son retour trois semaines plus tôt au Luxembourg) et qui se montrait vaillant face aux rafales adverses. Dur au mal il parvenait même à tirer son épingle du jeu en infligeant un takedown à Ben Lakhdar qui restera dans les highlights du GFA 9.

Geste de classe…

Le troisième combat de la soirée opposait Thibault Ruggieri (2-2-0 / Team Godin) à Jose-Augusto Aguilar (0-1-0 / Sparta BCN Fight GFA-9_Ruggieri-Juji-volée_MMA4FightTeam). Dans ce combat Ruggieri offrait au public de la salle Compans Caffarelli, LE geste de la soirée. C’est sur un juji-gatamé à la volée, la technique qui avait permis à Olivier Fontaine d’être nommé aux Awards du MMA Fighters Only, qu’il mettait un terme à une série de deux défaites de rang. Pas sûr que son juji lui permette d’aller jusqu’aux awards américains, mais Ruggieri s’est certainement assuré une place dans ceux du MMA français par MMA4Fight ! Mathieu Morandi (3-2-0 / Boxing Squad) et Adrian Borrull (1-2-0 / Submission Fight Club) entraient donc sur le ring avec un public chauffé à blanc par l’exploit réalisé par Ruggieri. Si l’on en croit Frédéric Jeannoutot (qui était sur place pour commenter le show en compagnie de la légende Anthony Réa), et nous avons tendance à le faire 😉, Ruggieri n’aura pas donné l’opportunité à son adversaire espagnol d’exister dans le combat. Un striking qui impactait lourdement , suivi un slam qui chauffait un peu plus l’assistance et une soumission lui auront suffi à plier le sort du match. Après cette démonstration de force, on demande à le voir plus souvent (il n’a combattu qu’une seule fois cette année) !

Dans le combat suivant, le lightweight Helder Fernandez (4-3-0 / FFA) offrait au public une nouvelle victoire avant la limite des trois rounds. À l’aisance technique au sol de Quentin Arola (0-1-0 / Association Arhana), l’élève de Mathieu Nicourt choisissait d’opposer un striking incisif (et en net progrès). Un choix payant, puisque l’homme en noir choisissait d’arrêter le sociétaire du Team Arhana dans la deuxième reprise. Avec cette quatrième victoire de rang Fernandez confirme tout le bien qu’on pense de lui.  Pour le dernier combat de la carte préliminaire le public du GFA retrouvait un habitué de l’organisation, Yann Martelli (4-11-0 / Team CHAVERNAC). Son adversaire, l’espagnol Abdel Ali (3-1-0 / Tubarao Fight Team) est finalement le seul ressortissant du pays à s’être imposé contre un français sur cette carte du GFA 9. Martelli aurait pu le faire sur une kimura bien engagée, mais c’est finalement l’espagnol qui l’emportait grâce à la même technique. Avec cette défaite Martelli confirme qu’il vit une année 2017 difficile (il reste sur trois défaites). 2018 lui permettra, on lui souhaite, de retrouver le chemin de la victoire.

Une révélation et deux

Le premier combat de la carte principale était aussi le seul combat féminin de la soirée. Et c’est dans celui-ci qu’est apparu LA révélation de la soirée, nommée Claire Lopez (1-0-0 / BLACK-OUT TEAM). Membre de la toute jeune Black-Out Team de Boubacar Baldé, à peine cinq mois d’entrainement dans les pattes et Lopez a trouvé le moyen de soumettre en à peine deux minutes trente de combat une Laila Sekaf GFA-9_Bispo-Duvivier-ceinture_MMA4Fight(0-3-1), pourtant bien plus cappée qu’elle. Avec son striking forgé par son passé de compétitrice en pied-poing et un sol plein d’autorité et de maturité, Lopez pourrait être la sensation du MMA féminin français en 2018 ! Grâce à ses trois victoires en douze mois, Sofiane Boukichou (4-2-0 / Boxing Squad) n’est peut-être pas la sensation de 2017, mais il est à ranger dans la case des hommes en forme. Contre l’excellent suédois Junior Karanta (2-1-0 / MMA Factory), Boukichou a fait parler sa science du combat. Il fallait bien ça face au gros cogneur venu de Stockholm. C’est au sol que le niçois trouvait l’ouverture sur une kimura qui ne laissait pas d’autre choix à Karanta que de « taper ». Si le suédois qui affrontait Boukichou est un monstre de puissance, que dire du réunionnais Mathieu Grondin (4-2-0 / Team Pythagore)… Samedi soir il affrontait l’espagnol Omar Storm (1-3-0 / Oswald Gym). Et autant dire qu’il n’a pas fait dans le détail, puisqu’il n’aura eu besoin que de vingt secondes et d’une droite supersonique pour électrocuter son adversaire. Une superbe victoire par KO qui lui offrait la ceinture light heavyweight de l’organisation et un passage à l’hôpital. Si tout se passe bien, on devrait revoir le bonhomme lors de la onzième édition du KOC du 31 mars prochain. Le main event entre Leandro Bispo (8-6-0 / TFT MMA) et Steven Duvivier (5-7-0 / AKF 76). Le premier combat entre les deux hommes s’était terminé sur une décision partagée des juges, le second a connu la même issue. Une défaite au gout amer pour Duvivier, qui n’a pas hésité à le faire savoir sur les réseaux, tant il pensait avoir fait le taf. C’est donc le brésilien, par ailleurs titré au 100% Fight, clôturait la première soirée de pancrace toulousaine. Une nouvelle occasion pour la rédaction de MMA4Fight de saluer le travail effectué par toute l’équipe du Gladiator Fighting Arena !

#RésuméDeLaSoirée

Yassin Hammachi de MMA4Fight (article réalisé à l’aide du résumé de la soirée de SuperFred)

Crédit photo : Palomar

Leave a Comment

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>