Hit FC 4 – Résultats : Shahbabyan & Huot Marchand s’inclinent, Abdourahuimov & Polifonte sacrés

En 2017 aucune des deux grosses organisations « historiques » du MMA suisse, le SHC et le Lions FC, n’ont offert d’événements à leur public. Les lecteurs ayant déjà vécu une soirée siglées SHC ou LFC, comprendront pourquoi que ces shows nous manquent. Mais si le MMA suisse déplore l’absence de ces deux institutions sur l’année en cours, il se réjouit, en attendant leur retour, du travail du staff du Hit Fighting Championship. La jeune organisation suisse a trouvé son rythme de croisière, puisque depuis l’événement inaugural de juin 2015, elle en a organisé trois autres. De nombreux français (Konmon Deh, Anthony Dizy, Valérie Domergue, Christian M’Pumbu, Ryan Salamagnou) se sont succédés sur les différentes éditions et le week-end dernier, les promoteurs suisses avaient de nouveau fait appel à certains représentants du MMA tricolore pour garnir leur fight card. Ils étaient quatre présents sur le Hit FC 4, tous matchés par le manager de la Bulgarian Top Team, Giom Peltier.

Deux défaites pour commencer

Garik Shahbabyan (2-4-0/ MMA FIGHT CLUB) était le premier représentant français à entrer dans la cage. Longtemps installé en Autriche, il est revenu en France pour s’installer à Tours. Sur place il prépare ses combats au sein du MMA Fight Club avec des partenaires FIGHTER-HIT-IV-donovamde qualité, tels que Martin Avetisyan, les frères Kanguichiev et Florian Rousseau. Malgré une belle prépa’, Shahbabyan arrivait avec une petite blessure à l’épaule en Suisse, qui lui aura peut-être couté la victoire contre le polonais Hubert Szymajda (6-1-0/ Okninski MMA). Solide au sol, ce dernier parvenait à s’imposer à la décision des juges. Sébastien Huot Marchand (4-3-0/ Ariege Sambo Boxing / Bulgarian Top Team) était le deuxième combattant français de la carte et comme Shahbabyan il s’inclinait. Contre le français, le grec Donovan Panayiotis (1-2-1 / Gym Hoofddorp) est allé chercher la première victoire de sa carrière professionnelle. Pour Huot Marchand la pilule est certainement dure à avaler, puisqu’après avoir débuté parfaitement son parcours pro avec quatre victoires, l’ariègeois vient d’enchainer trois défaites. Abdoul Abdouraguimov (5-0-0/ Team Delariva Nantes) lui est dans une dynamique totalement inverse. Depuis un an et ses débuts professionnels sur les Contenders 33, le nantais est inarrêtable. Après ses récentes victoires contre Gaël Grimaud et Nayeb Hezam, il partait forcément favori dans son combat pour le titre intérimaire du Hit FC contre le géorgien Aleko Saghliani. Il n’aura pas galvauder cette étiquette, puisqu’il ne lui aura fallu qu’une petite minute pour se défaire de son adversaire. Comme lors de ses quatre combats précédents, c’est par soumission qu’Abdouraguimov est allé chercher la victoire. Fort de ce titre intérimaire welterweight, il s’est ouvert les portes d’un affrontement contre Daniel de Maddalena, le champion régulier de la catégorie.

Deux français titrés

Enfin, lors de cette soirée, les spectateurs ont pu assister au retour dans la cage de Steve Polifonte (13-5-0/ Atch Academy), un moment forcément émouvant pour tous ceux qui se rappelle de la grosse blessure dont il avait été victime en mai 2016 lors de son combat contre Hit-FC-4_Abdouraguimov-Polifonte_MMA4FightAraik Margarian. Après 17 mois d’absence, Polifonte nous avouait « ressentir une appréhension particulière [au moment d’affronter Vinko Roditi (4-4-0 / Icon JJB Geneva)] mais pas forcément liée à [sa] blessure, mais plutôt à l’envie de vite trouver des sensations et de bien rentrer dans le combat ». Le sociétaire de la Atch Academy considérait donc qu’être à nouveau dans la cage était une belle victoire… qui aurait été incomplète si l’arbitre n’avait pas levé son bras en fin de combat au vu de « tout ce [qu’il] a traversé et surmonté au cours de ces derniers mois ». Ce combat Steve Polifonte aurait pu le perdre… s’il avait duré trois rounds. Mais puisqu’il s’agissait d’une rencontre pour la ceinture fatherweight de l’organisation, c’est en cinq reprises qu’il se tenait. Alors après avoir fait des « erreur de débutant (en tournant le dos) » lors des deuxièmes et troisièmes reprises, il revenait déterminé et (surtout) prêt physiquement à l’appel de la quatrième reprise. Après avoir secoué Roditi debout, c’est en ground and pound qu’il terminait le combat et devenait ainsi le premier champion featherweight du Hit FC. Mais cette victoire n’a pas rassasié l’envie de fight de Polifonte. Maintenant qu’il est à nouveau en pleine possession de ses moyens, le combattant de la Atch Academy veut revenir dans la cage le plus rapidement possible. Quand nous l’avons interrogé sur les hommes qu’il aimerait affronter, il citait spontanément Ayton de Paepe (7-0-0/ Perfect Team MMA) et Gaetano Pirello (11-4-1 / Osman Gym), « deux grands champions ». Si l’un des deux combats venaient à se monter, Polifonte aurait une chance d’aller chercher une nouvelle ceinture puisque les deux hommes détiennent respectivement les titres du 360 Promotion et de l’European BeatDown.

#Bilan

Yassin Hammachi de MMA4Fight

Leave a Comment

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>