Award du MMA Francophone : découvrez les lauréats de MMA4Fight

L’année 2016 du MMA français a été riche en événements, de « jeunes » combattants se sont révélés, quand d’autres ont confirmé tout le bien qu’on pensait d’eux. Certains ont brillé en soumettant leur adversaire ou en leur administrant un KO. Des performances rendues possibles grâce au travail des promoteurs passionnés et des coachs dévoués. A travers ces awards l’équipe de MMA4Fight tenait à saluer le travail de tous ceux qui font le MMA francophone (français, mais aussi belge, luxembourgeois ou Suisse) au jour le jour.

Combattante de l’année :
Vainqueur / Maguy Orton Berchel (6-2-1/ FFA) : 6 combats en 2016, 4 victoires, un nul et une défaite
– Deuxième / Maria Casanova (2-2-1 / KTP Scola) : 4 combats en 2016, 2 victoires, un nul et une défaite
gota_maguy-berchel_mma4fightSi une combattante française s’est particulièrement illustré en 2016, c’est bien Maguy Orton Berchel. La représentante de la FFA a été très active (un combat effectué tous les deux mois) et a récolté le fruit de son travail. En plus de ses victoires (quatre au total), Berchel a obtenu un combat au TKO 36 (l’organisation canadienne dirigée par Stéphane Patry qui a révélé en son temps Georges Saint-Pierre). C’est malheureusement lors de cet événement qu’elle a concédé la seule défaite de son exercice 2017 contre la machine à (T)KO Lindsay Garbat. La découverte de l’année chez les ladies se nomme Maria Casanova. Cette combattante corse a livré quatre batailles en 2016, s’imposant contre l’expérimenté Clémence Schreiber et obtenant le nul contre Maguy Orton Berchel. Quant à la défaite qu’elle a concédé, elle n’a pas à rougir puisque c’est l’une des meilleure européenne de la caté’ flyweight, l’italienne passé par le Cage et le Kunlun Fight Mara, Romero Borella (7-4-0-1 / Stabile Fight Team), qui lui a infligé.

Espoir de l’année (combattant qui a démarré 2016 avec moins de 6 combats sur son Sherdog) :
Vainqueur / Salahdine Parnasse (7-0-1/ Atch Academy) : 3 combats en 2016, 2 victoires, un nul
– Deuxième / Konmon Deh (7-3-0 / MMA Factory) :  4 combats, 4 victoires
– Troisième / Amin Ayoub (6-3-0 / UFT Nantes) : 4 combats en 2016, trois victoires, une défaite
Egalement cité Fabacary Diatta, de la Atch Academy, qui réalise une superbe année pour son entrée sur le circuit professionnel. Quatre combats et quatre victoires en pancrace… On a hâte de voir la suite !
salahdine-parnasse_champion-contenders_atch-prodDeux ans que le jeune Salahdine Parnasse a débuté chez les pros. A même pas 20 ans et en huit petits combats le combattant de la Atch Academy s’est d’ores et déjà construit une réputation de petit surdoué des rings et des cages. Avec deux victoires et un nul en 2016, il s’arroge logiquement l’award de l’espoir français de l’année. Après avoir découvert le « vrai’ MMA à l’occasion du 100% Fight into the Cage en Belgique en 2014, Parnasse a effectué ses premiers combats hors d’Europe en 2016 (en Chine). Pour poursuivre sa progression l’année prochaine il devra se confronter à des adversaires plus chevronnés. S’il passe cette étape, la comparaison avec Mansour Barnaoui sera un peu plus justifié. les deux dauphins de Parnasse auraient, eux aussi, mérité de monter sur la première marché du podium. A 32 piges, Konmon pourrait dénoter dans le classement des « espoirs » du MMA français 2016. Mais début 2016 Deh ne comptait que six combats sur son Sherdog. Son arrivée à la MMA Factory (il combattait auparavant pour le team Natural Born Fighter) lui a permis de passer la seconde, comme en atteste ses quatre victoires de l’année. Enfin, du haut de ses 21 ans, Amin Ayoub est devenu l’autre figure de proue de l’UFT Nantes avec Shamil Ismailov. Son plus fait d’arme en 2016 a été de s’offrir le scalp de la star du pied poing Mickael Piscitello au soir de l’Octogon Pride de septembre. Sa défaite contre Saad Boujekaa pour ses débuts au Desert Force lui a certainement coûté la deuxième place.

Combattant français de l’année (grandes organisations européenne, américaine et asiatiques)
Vainqueur / Francis Ngannou (9-1-0 / MMA Factory) : 3 combats, 3 victoires + une place au porte du top 10 UFC Heavyweight (onzième)
– Deuxième / Tom Duquesnoy (14-1-0-1 / Jackson Wink MMA) :  3 combats, 3 victoires
– Troisième Karl Amoussou (23-7-2 / MMA Factory) : 2 combats, 2 victoires, série de 6 victoires en cours
Egalement cités : Avec deux victoires chacun, Cheick Kongo et Grégory Babène, ont représenté de la plus belle des manières le MMA français au Bellator. 2017 pourrait d’ailleurs être l’année du title shot (heavyweight et middleweight) pour deux des plus beaux palmarès hexagonal.
UFC-Zagreb_Francis-Ngannou_Bushido_MMA4FightComment pouvait-il en être autrement ? Avec trois victoires à l’UFC, toutes obtenues avant la limite, le combattant franco-camerounais de la MMA Factory a littéralement impressionné tous les observateurs. Curtis Blaydes, Bojan Mihajlovic et enfin Anthony Hamilton, une liste de victoires qui a permis au poids lourd de frapper à la porte du Top 10 mondial heavyweight (il pointe actuellement à la onzième place) et de remporter l’award du meilleur combattant français de l’année. Impressionnant quand on rappelle qu’il a effectué ses débuts professionnels il y a tout juste trois piges. Son prochain combat, contre Andrei Arlovski, sera le plus important de sa carrière. Si il le remporte les espoirs les plus fous pour la suite de sa carrière seront autorisés. La deuxième place de Tom Duquesnoy parait tout aussi logique. Il était déjà considéré comme l’un des prospects les plus prometteurs de la planète MMA, en 2016 Le ‘Fire Kid’ s’est attelé à enfoncer le clou ! Déjà titulaire de la ceinture featherweight du BAMMA, il s’est arrogé celle de la catégorie du dessous (les bantamweight) contre Damien Rooney et l’a défendue à deux reprises contre Shay Wlash et Alan Philpott. 2017 sera une année charnière pour lui, puisqu’en ce début d’année tout le MMA français attend qu’il révèle l’organisation dans laquelle il combattra désormais. Et autant dire que tout le monde espère que ce soit l’UFC… L’UFC, c’est aussi l’objectif avoué de Karl Amoussou. S’il a peu combattu (deux combats) en 2016, le ‘Psycho’ – assagi – a prolongé sa série d’invincibilité (série de six victoires de rang en cours). Contre Giovanni Melillo et Juho Valamaa il a signé deux des KO’s les plus impressionnants de l’année. La prochaine étape sera la conquête du titre welterweight du Cage Warriors le 18 février prochain…

KO de l’année :
Vainqueur : Fares Ziam / Lyon FC 7 – Fares Ziam sur Damien Lapilus : http://bit.ly/2jw2f02
– Deuxième : Karl Amoussou (MMA Factory) sur Giovanni Melillo – Venator FC 3 : http://bit.ly/2j13aoH
– Troisième : Emerik Youmbi (Kimura Nova Uniao Renens) sur Loïc Jupiter – 100% Fight 28 : http://bit.ly/2iW3Edl (KO à 9’00)
L’année 2016 a été riche en très beaux KO’s. Il fut donc difficile de départager les trois lauréats potentiels. Dans ce classement, lfc-7_high-kick_ziam-lapilus_jbaba-photoon retrouve deux combattants français et un suisse. C’est finalement Fares Ziam qui l’emporte grâce au high kick administré à Damien Lapilus au soir du Lyon FC 7. Cet award, le jeune représentant (pas encore 20 ans) du team Ezbiri le doit autant à la beauté de son geste, qu’au fait qu’il ne partait vraiment pas favori contre l’ainé des ‘Lapilus Brothers’. Sa deuxième place Karl Amoussou la doit également à un high-kick. Celui qui lui avait permis de terminer son combat de mai dernier contre l’italien Giovanni Melillo. Cette place il aurait aussi pu la ravir grâce au magnifique combo gauche/ droite qui avait éteint les velléités de victoires de Juho Valamaa lors de leur combat sur la carte de l’Euro FC 1. Enfin, comment ne pas faire apparaitre dans ce classement l’helvète Emerik Youmbi, qui avait infligé le KO du 100% Fight 28 au français Loic Jupiter. Au terme d’une guerre de cinq minutes, Youmbi connectait la mâchoire de son adversaire un large crochet du bras avant. Jupiter essayait de se relever… sans y parvenir.

Soumission de l’année :
– Vainqueur : Francis Ngannou/ UFC Fight Night 102 – Ngannou (MMA Factory) kimura sur Anthony Hamilton : http://bit.ly/2jaZnCz
– Brave Combat Federation 2 –Elias Boudegzdame (La Bonne Ecole) kimura sur Walel Watson : http://bit.ly/2iWUNKr
– 100% Fight 28 – Gael Grimaud (MMA Factory) via triangle sur Alexandre Bordin : http://bit.ly/2iW3Edl
ufn-102_ngannou-kimura-hamilton_mma4fightDeuxième award de l’année pour Francis Ngannou. Comme le premier, ce dernier ne pouvait pas lui échapper. Longtemps considéré comme un boxeur (le camér’ vient de l’anglaise), le sociétaire de la MMA Factory est en train de prouver qu’il est bien plus qu’un striker. Sa kimura initiée debout contre Anthony Hamilton (all american en lutte et ceinture marron de JJB) et magnifiquement conclue au sol a largement participé à changer cette image que l’on avait de Francis sur la « complétude » de son jeu. L’award de la soumission 2016 permet donc de mettre en relief le fait qu’il est définitivement devenu un combattant à l’aise dans toutes les phases du MMA. Avec sa kimura sur Walel Watson, un vétéran de l’UFC, Elias Boudegzdame signe un des exploits de l’année du MMA francophone. Il en profite également pour prendre la deuxième place de notre classement. Enfin, après trois ans d’absence, Gael Grimaud ponctue son retour d’une magnifique victoire sur un triangle, après avoir litérallement décollé Bordin (un ex judoka comme Grimaud, il faut le préciser) du sol.

Equipe de l’année :
Vainqueur : MMA Factory / Head coach – Fernand Lopez Owonyebe
Deuxième : Snake Team/ Head coach – Cyrille Diabaté
Troisième : Fight Move Academy/ Head coach – Nelson Carvalho
En Europe il est difficile, en ce moment, de faire de l’ombre au team SBG Ireland. Derrière le phénomène Connor McGregor, mma-factory_equipe-2017l’équipe de John Kavanagh compte une pléiade de très bons combattants (Makwan Amirkhan, Chris Fields, Brian Moore, Arteam Lobov, John Phillips…). Mais derrière l’équipe irlandaise, une équipe française est là en embuscade. Ce team c’est la MMA Factory. L’équipe de Fernand Lopez a brillé cette année aux quatre coins du globe. La réussite de Francis Ngannou et de Laylor Lapilus à l’UFC, la superbe série de Karl Amoussou ou le bel exercice 2016 de David Bear, Iurie Bejenari, Konmon Deh ou Tahar Hadbi sont autant de raisons de l’élire équipe francophone de l’année 2016. A la deuxième place, nous avons choisi de l’historique Snake Team. Si cette année Xavier Foupa-Pokam n’a pas été très actif (un seul petit combat), Grégory Babène, l’autre vétéran de l’équipe de Cyrille Diabaté, s’est chargé de faire briller l’étendard de la Snake au Bellator. Yves Landu, Roggy Lawson et Kevin Petshi ont assuré le service après-vente sur le continent européen. Quant à William Gomis il a prouvé qu’une nouvelle génération de fighters était prête à reprendre le flambeau. A la troisième place, nous avons choisi de récompenser le travail effectué par tous les athlètes de la Fight Move Academy : Sauleiman Bouhata (qui réalise une très belle année, avec trois victoires) – désormais affilié au team La Bonne Ecole -, Nelson Carvalho (qui a conservé sa ceinture au Heat Japan et remporté celle du SHC), Slobodan Maksimovic ou Henrique Shiguemoto.

Evénement de l’année
Vainqueur/ SHC 11 (Genève, Suisse) – 25 juin
Deuxième/ European BeatDown (Mons, Belgique) – 3 décembre
Troisième/ 100% Fight 28 (Paris, France) – 14 mai
Egalement cités : GFA et Lyon FC 7
C’est certainement la catégorie pour laquelle nous avons le plus de mal à statuer. Cette année les promoteurs français, belges SHC-11_poster-officiel_MMA4Fightet suisses ont abattu un travail remarquable. En plus des historiques SHC et 100% Fight, l’European BeatDown est entré dans la danse des gros shows francophones. Avec moins des moyens moins conséquents, Jean-François Billon avec le GFA de et Jean Bagal avec son Lyon FC, ont aussi proposés de très belles cartes à leur public. Nous avons finalement arrêté notre choix sur un trio helveto-belgo-français. Avec un main event siglé UFC (André Winner Vs Abner Lloveras), un co-main event de folie entre Cheick Koné et le vétéran de l’UFC Amilcar Alves, une polémique sur les réseaux sociaux (le résultat du combat entre C. Picaut et M. Wiatko avait déchainé les passions) et de nombreux KO et finalisations, le SHC 11 était l’événement francophone à ne pas louper cette saison. Il est toutefois talonné de très près par l’European BeatDown qui, pour sa première édition, est parvenu à remplir la Mons Arena (3 5000 personnes présente dans la salle) et à faire venir un vétéran de l’UFC et du Bellator (Efrain Escudero) pour son combat vedette. Enfin, Stéphane Atch a de nouveau régalé le public parisien avec le 100% Fight 28. La Halle Carpentier avait vibré ce soir-là au rythme des exploits de quelques-uns des meilleurs combattants français : Suleiman Bouhata, Gael Grimaud, Nayeb Hezam, Cheick Koné, Araik Margarian, Kevin Petshi, Steve Polifonte…

#Lauréats

Yassin Hammachi de MMA4Fight

Leave a Comment

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>