Cage Encounter 4 – bataille juridique : après la réaction de T. Braillard L’Express & Le Parisien se saisissent du sujet

Le récit de la soirée de samedi au cirque d’hiver, MMA4Fight était le premier à vous le faire. Présent sur place, nous avions pu vous conter comment nous avions vécu le moment de l’intérieur. Mais certaines zones d’ombres persistaient sur le « comment ». Comment Lopez, Kamel et Vladimir étaient parvenus à réaliser ce tour de force. Les premiers éléments de réponses sont venus lundi de nos confrères des grands médias nationaux et régionaux. L’Express et le Parisien Aujourd’hui en France sont revenus largement sur le sujet. Le quotidien qu’il « vaut mieux avoir en journal » s’est arrêté à la version du secrétaire d’Etat aux Sports Thierry Braillard. L’homme l’a mauvaise et il l’a fait savoir. Déclarant « je n’aime pas être roulé dans la farine ». Une version peu plausible si l’on en croit le papier de l’Express. Le Secrétaire d’état déplore le fait que le règlement ait été déposé dans une langue étrangère. Le cadre légale n’exige pas que ce dernier soit rédigé en français rétorque Tatiana Vassine, l’avocate de l’organisation. De plus, la Direction départementale de la cohésion sociale n’a pas exigé de recevoir ledit dossier dans une autre langue que l’anglais. Le magazine ajoute également cette déclaration de l’avocate « un dossier a été déposé le 19 août à la Direction départementale de la cohésion sociale (DDCS), comme toujours pour une manifestation publique de boxe. Les autorités avaient dix jours pour autoriser la manifestation, l’interdire ou demander des pièces supplémentaires. Il n’y a eu aucune réponse passé ce délai, elle était donc tacitement autorisée. En l’espèce, le silence gardé par l’administration sur une demande vaut bien accord« . Ajoutons à cela le fait que la police se soit déplacée à deux reprises le jour du show et vous comprenez aisément que les organisateurs se sont « backés » juridiquement. Et si le gouvernement se sent aujourd’hui menacé, c’est parce qu’il a conscience que le cas Cage Encounter #4 pourrait créer un précédent, voire faire jurisprudence. Car Fernand Lopez ne s’en cache pas, même si le Ministère prévient que son « enquête (administrative) entraînera peut-être des sanctions« , il souhaite organiser « un nouvel événement dans les mois qui viennent. Ce sera dans le cadre légal. Ils auront le droit de dire non et s’ils disent non, on va porter la question devant le tribunal administratif (TA) ». La guerre avait lieu dans la cage samedi, elle va certainement se prolonger sur le terrain juridique…
#lavraibataillecommence
Yassin Hammachi de MMA4Fight

Leave a Comment

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>