Bechir El Mejri : Entretien avec le fighter de la FFA qui tentera de prendre la ceinture du Desert Force !

En France le fait que le MMA ne soit pas légaliser en compétition contraint les fighters à faire un choix lorsqu’ils souhaitent se lancer. Si certains font le choix du pancrace grâce aux nombreuses organisations aujourd’hui présente sur le territoire (100% Fight, PFC, FMC, Honor and Glory, KOC), d’autres se lance dans l’aventure de la frappe au sol illico. Bechir El Mejri est (presque) de ceux là. S’il a bien commencé par le pancrace c’est que son coach Mathieu Nicourt, dont il parle comme un mentor, a tout de même tenu qu’il se fasse les chicots sur un combat en pancrace. Début de l’aventure au Pancrace Athletic Challenge en octobre 2011, avec une victoire sur Hamed Dembélé.
Mais cette première victoire Bachir a su la construire dans le temps. Depuis ses 7 ans les sports de combats ont toujours suscité son intérêt, mais malgré des expériences dans le karaté et la boxe thaï, aucuns n’avait su le retenir ! La raison ? Pas assez complet, trop de temps mort… Bref, déjà une certaine idée de la complétude ! Comprenez son engouement le jour où le père d’un se ses potos lui a fait découvrir la MMA par le biais des vidéos du Pride puis de l’UFC ! Tout y était, mais encore fallait il qu’El Mejri s’y attèle. Deux déclics ont eues lieux, le premier des messages échangés avec Cheick Kongo sur le net et le second ses premiers pas à la Free Fight Academy. Deux années ont passées avant de se lancer mais dès ses premiers pas au sein de la FFA, il a compris que ce « gym » serait à l’image du Barça « mes que un club » (plus qu’un club), une véritable seconde famille.
Dans la peau du « papa » Mathieu Nicourt nous le disions et dans celle des « frelots » Gary Kono (qui fut le premier à l’accueillir), Chabane Chaibedra (« la futur bombe du MMA français »), Boubacar Baldé (aujourd’hui à la Atch Academy), Mickael Lebout, Kevin Fall… Et c’est grâce au gros taf effectué avec toute la team, que Bachir a pu progresser et atteindre son objectif initial celui de continuer dans les règles du MMA. Progresser selon la méthode de FFA, le MMA comme pratique et non l’enchevêtrement de tout un tas de disciplines. Après le PAC, El Mejri a pu enchainer avec des combats au Belgium Beatdown (une défaite qui ne passe toujours pas face au local Mathieu Manderlier), au Kombat Komplet (victoire sur Stephan Berg) et surtout au Desert Force.
Pour ce dernier combat la prépa’ fut tout particulièrement soignée. Et pour cause, Mejri faisait son entrée dans le tournoi 77 kil’ de l’organisation avec… une ceinture au bout. Tout fut mis en place pour aller chercher la victoire face à la ceinture marron de JJB Gabriel Tayeh. Programme nutritionnel (et un gros grailleur de grec comme Bechir en avait besoin ; ) mis au point par Jean-Marc Fenneteaux, travail en anglaise avec « Momo coach Pro », avec Brice du Phoenix pour le pied poing, prépa physique avec Lopez Owonyebe, JJB avec Marco Rodrigues et (bien sûr) les liaisons MMA et la stratégie avec Mathieu Nicourt. Mais c’était sur la boxe que résidait le game plan pour venir à bout du brésilien naturalisé palestinien. Ne pas resté au sol et le boxer. Ce qu’a parfaitement appliqué El Mejri et qui s’est par conséquent ouvert les portes d’une finale face à Mohamad-Ibrahim Elmgharbel. Un gros défi pour le français qui confie être totalement focus sur ce fight, mais qui ajoute ne pas se fixer de limite… Après tout c’est souvent comment cela que les meilleures choses arrivent !
Avant de clôturer cet article Bachir El Mejri voulait adresser ses remerciements à Mathieu Nicourt, tous les membres de la FFA dont Gary Kono, Chabane Chaibedra, Marco Rodriguez, Lopez, Feti… Mais aussi Ultima Fighters, Yaya et Vitamin and Co (il s’excuse pour tout ceux qu’il aura oublié !)
Yassin Hammachi de MMA4Fight

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=lHp46a9PW0w]

COMMENTS

Leave a Comment

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>