Interview de Boubacar Baldé : Ses impressions après le 100% Fight 7 et son avenir

Boubacar Baldé a marqué l’année 2011 du MMA made in France. Plusieurs raisons à cela, la première (évidemment !) la rivalité (sportive uniquement ; )  qui l’a opposé à Bakary El Anwar. Mais si ce fighter venu de Paris s’est détaché du lot des fighters émergents sur Paname, c’est aussi parce qu’il est aussi  entier côté ring que hors de l’air de combat. Rencontre avec un combattant dont on n’a pas fini de parler…

  Mma4fight : Boubacar, même si le public commence à te connaître, je te laisse te présenter aux lecteurs de mm4fight

Boubacar Baldé : Bonjour à tous. Je m’appel Boubacar Baldé combattant de pancrace / MMA. J’ai grandi à Sénart dans le 77 et je vis dans le 13ème arrondissement de Paris depuis mes 20 piges et il faut avouer que je ne suis jamais bien loin de mon petit 13ème (rire). Concernant les sports de combat que j’ai pratiqué, je suis passé par l’anglaise discipline dans laquelle j’ai fait champion de Paris amateur des -91 kilo en 2007 , j’ai aussi pratiqué la Thaï. Ce n’est que depuis peu finalement que j’ai débuté en pancrace et tout récemment le MMA. Pour ce qui est de l’entrainement je taffe toutes les composantes du MMA : lutte, anglaise, JJB et Thaï le tout dans 3 ou 4 clubs différents à raison de 2 heures par jours.

Côté vie professionnel et personnel, je suis Steward depuis 1999, agent de cabine et non d’escale, et je vis en couple. Enfin le temps qu’il me reste, je le passe en famille (au sens large du terme), je prends le temps d’essayer de kiffer ma life et de profiter de mes proches.

Comment te sens tu après ce second combat contre Bakary El Anwar au 100% Fight 7 ?

Boubacar : Satisfait, évidemment ! J’ai le sentiment du devoir accompli. J’ai beaucoup donné en peu de temps et là honnêtement, je vais souffler un peu avant d’y retourner… pas trop longtemps tout de même ça pourrait me manquer ! (rires)

Je suppose que le fait que Bakary soit un vrai striker vous avait poussé ta Team et toi à élaborer un game plan qui évite que les échanges se fassent exclusivement debout (et ce même si vous venez du pieds poings tous les deux)

Boubacar : Concernant la stratégie de stand up, j’étais censé lui donner une réponse à chaque tentatives et attaques. Je savais que ça pouvait venir de partout ! Là je ne vous en dit pas plus mais honnêtement pour y avoir un peu réfléchi (beaucoup même, 8 mois ça aide… rires) j’ai fait exactement ce que j’avais prévu de faire, à savoir tenter de le finaliser après l’avoir amené au sol avec ma lutte. Je suis venu le chercher là où personne ne m’attendait. La guerre tout le monde savait que je n’avais pas peur d’y aller, le sol on ne savait pas… Et bien maintenant j’accepte simplement parce que je me sens capable de défendre mais surtout d’y attaquer ! Je voulais montrer que le temps avait passé certes mais que je n’avais pas dormi sur mes faiblesses, loin de là !

On t’a beaucoup entendu dire que l’objectif de ce fight était « de solder les ardoises », mais est ce que tu comprends l’avis des fans et de Atch qui pensent qu’une belle est nécessaire pour fermer définitivement ce chapitre ?

Boubacar : Ouais il va bien falloir le clôturer ce chapitre d’autant que je pense ne plus rien à prouver avec Bak’. J’aimerais faire deux, trois trucs mais vu que je jacte beaucoup, le buzz pourrait bien monter. J’l’ai dis, on me réclame, on me voit, après on verra avec un peu de recul .

 Mis à part ces combats contre Bakary, ton actu en 2011 c’était également ton premier combat de MMA hors de France. Racontes nous comment tu as vécu l’expérience Lions FC en Suisse.

Boubacar : Neufchâtel, première sortie pro en MMA, en ring (sans coudes en 2 fois 5 minutes,) grandiose, super même ! Si je suis arrivé en terrain ennemi, puisque le public était tout acquis à la cause de mon adversaire Volkan Voldemir :l’enfant du pays. J’ai perdu à la décision, mais honnêtement l’extra round c’était le minimum ! Vu la deuxième reprise que j’pète après avoir était immobilisé dans toute la première reprise et avoir lutté contre la montée… vaillamment (rires). Quoi qu’il en soit Volkan était un adversaire très dur et très pro, j’lui tire mon chapeau et j l’attends de pieds ferme chez moi à Paname ou ailleurs s’il recroise mon chemin…

 6 combats en 2011, on peut dire que tu as été actif. L’objectif pour 2012 est de rester sur les mêmes bases afin d’accumuler de l’expérience ?

Boubacar : 6 fights ouais ! Et avant Bak’, comme je le disais, j’ai pu gouter enfin au vrai MMA en Suisse . Expérience qui m’a permis de prendre un véritable capital confiance supplémentaire. Mes objectif ? 2012 sera je l’espère aussi prolifique car j ai la chance d’avoir un agent très actif qui étudie au mieux toutes les propositions qui me sont faites et m’oriente sur des trucs sympas. L’idée c’est de progresser avec une logique d’étapes et des paliers à franchir, jusqu’ici on bosse bien ensemble et j’en profite lui fait un big up au passage.

 Et à plus long termes ton objectif est d’intégrer une grosse organisation européenne ou américaine, ou ce genre de choses te paraissent encore un peu éloignées ?

Boubacar : A long terme oui, mais objectif tout de même !!! J’me dis que la vie est pleine d’ opportunités qu’il faut savoir saisir. J’en ai raté une après les Contenders, mais la roue fini toujours par tourner ; )

Propos recueillis par Yassin Hammachi de mma4fight

Leave a Comment

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>